jeudi 13 mai 2010

Jeux Mondiaux

Les Jeux mondiaux (World Games en anglais), qui se sont tenus pour la 1er fois en 1981, sont un évènement multi-sport, regroupant des sports qui ne sont pas inscrits aux Jeux olympiques. Les Jeux mondiaux sont organisés par l'Association Internationale des Jeux Mondiaux (International World Games Association - IWGA), dirigée, elle, par le Comité international olympique (CIO).
Certains de ces sports furent présents au programme des Jeux olympiques en démonstration (comme le triathlon) ou furent même disciplines olympiques dans le passé (comme le tir à la corde). Depuis le 12 aout 2004, avoir participé aux jeux mondiaux précédents fait partie des critères d'évaluation utilisés pour sélectionner les nouveaux sports olympiques adopté par le CIO.

Parmi les sports présents aux jeux mondiaux, citons, le squash, le bodybuilding, le roller, le rugby, la course d'orientation, le Sport-boules… Les disciplines incluses aux jeux mondiaux doivent s'adapter aux infrastructures présentes dans la ville hôte, aucune nouvelle infrastructure ne doit être construite pour les jeux. En général, 25 à 35 sports sont présents par édition. Une compétition est organisée pour les sports classés comme "démonstration" mais aucune médaille n'est remise. Même si un sport est reconnu par l'IWGA, il peut toujours être classé "démonstration" par la ville hôte.

En ce qui concerne les sports de combat, sont présents dans cette antichambre des Jeux Olympiques, et par ordre alphabétique :

* sports officiels :
- le Ju-Jitsu, membre depuis 1994, au programme depuis 1997 (Duo System et Fighting System : catégories messieurs : -62 kg, -69 kg, -77 kg, -85 kg, -94 kg, 94+ kg; catégories dames : -55 kg, -62 kg, -70 kg, 70+ kg).
- le Karate, au programme depuis 1981 (Kata (Hommes, Femmes); Kumite Hommes : -60, -65, -70, -75, -80, +80 kg, Open; Kumite Femmes : -53, -60, 60+, Open)
- et le Sumo, au programme en 2005 et 2009 (Hommes et Femmes, en 4 catégories de poids : Légers, Moyens, Lourds et Toutes catégories)

* sport de démonstration :
- l'Aikido
- le Wushu

* ancien sport :
- Sambo - présent pour la dernière fois en 1989 (peut revenir aux jeux)[1]

A noter que le Taekwondo, au programme des Jeux Mondiaux dès 1981, devenu sport olympique en 2000, n'est plus éligible aux Jeux Mondiaux.

Sources : http://fr.wikipedia.org/wiki/Jeux_Mondiaux
et http://www.worldgames-iwga.org/vsite/vorg/page/home/0,10822,1044-16941-18091-34802-160789-custom-item,00.html
voir aussi : http://www.fila-wrestling.com/index.php?option=com_annuaire_fila&Itemid=105

Le sumo amateur

L'histoire du sumo s'étend sur près de 2000 années. Aujourd'hui, c'est un sport professionnel au Japon. Mais le sumo est aussi un sport amateur, avec des participants au college, au lycée et à l'université. Au Japon, en plus des tournois scolaires, il existe des tournois amateurs. Le sport est alors dépouillé de l'essentiel du cérémonial shintoïste.
Les plus performants lutteurs/sumotori amateurs au Japon peuvent être autorisés à entrer dans le sumo professionnel directement dans la division makushita (troisième division) plutôt que de commencer tout en bas de l'échelle. Ce rang est appelé makushita tsukedashi, et les lutteurs sont habituellement nommés makushita 10 ou 15, selon le niveau atteint dans la carrière amateur. Beaucoup de lutteurs/sumotori de la première division sont devenus professionnel par cette voie.
Toutes les entrées d'athlètes amateurs dans les rangs professionnels sont sujettes à une limite d'âge (moins de 23 ans) pour satisfaire toutes les conditions, et les qualifications comme makushita tsukedashi à moins de 25 ans.

Il existe aussi une fédération internationale de sumo amateur (International Sumo Federation), qui encourage le développement de ce sport à travers le monde, et organise régulièrement des championnats internationaux. Le but de cette fédération est d'obtenir le statut de sport olympique pour le sumo.
Les tournois amateurs sont divisés en catégories de poids :
- poids légers hommes "jusqu'à 85kg",
- poids moyens "jusqu'à 115kg"
- poids lourds "au delà de 115kg"
- et "toutes catégories" (sans aucune restriction de poids).
Ces tournois amateurs incluent aussi des compétitions féminines :
- poids légers femmes "jusqu'à 65kg"
- poids moyens "jusqu'à 80 kg"
- poids lourds "jusqu'à 80kg"
- et "toutes catégories".
Les clubs de sumo amateur ont de plus ne plus de succès aux Etats-Unis où des compétitions sont régulièrement organisées dans les principales villes tout autour du pays. Ce sport a longtemps été populaire sur la Côte Ouest et à Hawai'i, où de nombreux festivals étaient organisés par les communautés d'origine japonaises. Mais maintenant, ce sport a pris de l'ampleur au delà de la simple sphère de la diaspora japonaise. Des athlètes proviennent désormais de diverses origines ethniques, culturelles et sportives.
Le sumo amateur est particulièrement fort en Europe. Beaucoup d'athlètes viennent à ce sport avec un passé en judo, lutte libre (freestyle wrestling), ou divers styles de préhension (grappling) notamment tels que le sambo. Certains Européens de l'Est ont eu assez de succès dans le sumo amateur pour être embauchés en professionnel au Japon, comme leurs homologues nippons. Le plus performant d'entre eux est le Bulgare Kotooshu, de son vrai nom Kaloyan Stefanov Mahlyanov (2m03, 153kg), qui a atteint le plus haut rang pour un européen : ozeki (champion), juste en dessous du titre suprême de yokozuna (grand champion).

Il faut également savoir que le sumo est le 6ème sport de combat (ou art martial) le plus diffusé dans le monde, présent dans quelques 81 pays selon les chiffres du Comité International Olympique de 1998 (ce nombre ayant probablement augmenté depuis cette date).
Le sumo n'est devancé que par 5 autres disciplines (dont 4 sont déjà "sport olympique") :
1- la boxe (190 pays)
2- le judo (182 pays)
3- le taekwondo (157 pays)
4- le karaté (150 pays)
5- la lutte, comprendre : « les deux styles de lutte olympique » (136 pays selon les chiffres de 1998, 168 en 2010 d'après le site de la FILA)

Sources : http://en.wikipedia.org/wiki/Sumo
et http://le-meilleur-de-tous-les-temps.blogspot.com/2007/07/choix-des-disciplines.html

mercredi 12 mai 2010

3èmes Championnats de la Réunion de Croche : dimanche 16 mai 2010

La troisième édition des Championnats de la Réunion de Croche (la lutte traditionnelle réunionnaise) auront lieu dimanche 16 mai 2010, à la Salle des Sports (ancien gymnase) de Saint-Paul, de 9h à 18h.

Contrairement aux deux premières éditions réservées aux adultes confirmés (issus de tous les arts martiaux et sports de combat), cette troisième édition s'ouvre aux plus petites catégories d'âge; mais avec des règles adaptées pour préserver la santé des plus jeunes.

* Les poussins (de 6 ans ...) et les benjamins (... jusqu'à 13 ans) se mesureront avec des règles identiques à celles de la lutte libre olympique (projections, immobilisations).

* Les minimes et les cadets (jusqu'à 17 ans) verront l'introduction de techniques de renoncement (des prises permettant d'obtenir la victoire avant la limite du temps règlementaire).

* Enfin, les juniors et seniors débutants pourront s'essayer aux règles complètes de la croche. Cette année en effet, les championnats privilégient les jeunes et les adultes en formation, selon la volonté de Patrick Blanca, responsable de la commission "lutte traditionnelle" au sein du Comité Régional de Lutte(s) de la Réunion (présidé par Mickaël Morel).

le tapis de lutte, avec l'arbitre régional Jean-Pierre Tarley

lors des 6èmes interclubs, de novembre 2009, combat de poussins en tenue officielle : technique de projection debout et de défense au sol

lors des 2èmes championnats de la Réunion, de mai 2009, combat chez les -de 96kg : Patrick-Louis Ferdinand (vice-champion de Madagascar de lutte libre en 2001) arrache Nicolas Godin (champion du monde de kempo karaté en 2007 et 2010)

Les gabarits extrêmes pour des champions "toutes catégories"

Depuis que les sports de combat sont organisés en compétition (c'est-à-dire depuis la plus haute Antiquité; par exemple : dans le programme des Jeux Olympiques dès 708 avant JC avec la lutte orthopale), il est bien connu que le poids avantage beaucoup les compétiteurs. On parle d'ailleurs "d'épreuves lourdes" pour désigner la lutte, le pugilat ou le pancrace parmi les Grecs.

Reconstitution de combat de pugilat avec cestes à Olympie

Les Britanniques, conscients de l'avantage que donne le poids, créeront, au XIXème siècle, des catégories de poids pour permettre à des hommes légers ou de corpulence moyenne de pratiquer quand même la boxe anglaise en compétition. Finalement, ce sont les Japonais qui innoveront encore, avec l'introduction de catégories de poids et de taille combinés en karaté daido juku (un style mixant le karaté kyokushinkai et le judo/ju-jitsu), un art martial fondé par Azuma Takashi. En effet, dans les sports de percussion, l'allonge est un avantage au moins aussi important que le poids.

En prenant en compte cette notion de poids et de taille combinés, on peut identifier quels furent les champions aux gabarits extrêmes dans l'Histoire, par famille de discipline (préhension, percussion et sports de combat hybrides).

Sport de combat de préhension

Gabarit maximum

Dans la cour du sanctuaire de Tomioka Hachimangu, dans le quartier tokyoïte de Koto, se trouve le célèbre monument des yokozuna érigé par le douzième yokozuna Jinmaku Kyoguro (1829-1923). Jinmaku y grava tous les noms de yokozuna connus depuis Akashi Shiganosuke jusqu’à maintenant, et elle porte aujourd’hui 45 noms jusqu’à Wakanohana Kanji (il existe également une nouvelle pierre à partir du 46ème yokozuna Asashio Taro III).

Le monument des yokozuna

D’autres monuments entourent la pierre des yokozuna – un monument des ozeki, un monument des tegata, et il y a aussi un monument des Rikishi Géants. Sur celui-ci sont gravés les noms de légendaires rikishi de grande taille. On y trouve Shakadake Kumouemon (1749-1775), qui mesurait 2m26; un autre était Ikezuki Geitazaemon (1828-1850), dont on dit qu’il mesurait 2m30 (à quelques centimètres près). Parmi un groupe de rikishi de plus de deux mètres, on trouve le nom d’un rikishi de l’ère Showa (1926-1989). Son nom est Dewagatake Bunjiro, qui faisait 2m06 et pesa jusqu’à 200 kilos. Au Japon, à l’époque, il n’y avait personne d’aussi grand et lourd que Dewagatake, et sa taille fut un élément déterminant de sa destinée. Par chance pour le sumo il arriva à une époque où la popularité du sport était à son plus bas niveau historique. Il en devint le sauveur, ce doux géant frappant les esprits à travers le Japon tout entier. Mais malheureusement pour Dewagatake, il n’eut d’autre choix que de mener une destinée qui fut tracée pour lui par d’autres. Il était un géant, mais il était trop gentil pour véritablement avoir du succès dans des sports de combat tel que le sumo.

Dewagatake Bunjiro

Il faudra donc bien faire la distinction entre les gabarits extrêmes et ceux des champions aux gabarits extrêmes (la valeur ne se mesurant pas seulement en cm ou en kg ... même si cela aide en sports de combat).
Voici la liste des rikishi géants légendaires :
1. Ikezuki Geitazaemon (1827 -1850); Haridashi Maegashira; Tamagaki beya; 2m30, 169 kg
2. Ozora Takezaemon (1827 - ?); pas de données disponibles ; 2m27, 146 kg
3. Shakadake Kumouemon (1749 - 1775); Ozeki (23 victoires - 3 défaites - 1 nul - 1 suspendu); 2m26, 172 kg
4. Ryumon Kougoro (1820? - ?); Haridashi Maegashira; Jinmaku-beya; 2m26, 169 kg
5. Mitsuo Fudoiwa (1924-1964); Sekiwake; Tokitsukaze-beya; 2m14, 126 kg
Il faut toutefois noter que ces données sont parfois mises en doute. Par exemple, la taille d'Ozora Takezaemon, pourtant désigné par le Guiness Book des Records comme le plus grand lutteur de l'histoire, est ramenée à "seulement" 2m20 et non 2m27. Quant à celle du premier yokozuna, Akashi Shiganosuke (1600-1649), qui aurait mesuré jusqu'à 2m52 voire 2m58 (selon certaines sources), elle est généralement considérée comme ayant plutôt avoisiné les 2m05 pour un poids de 184kg. Mais l'existence même d'Akashi est sujette à caution.
Dans une autre discipline de préhension, le yagli gures (lutte turque à l'huile), on trouve également des gabarits extrêmes. Au XIXème siècle par exemple, Turc Ottoman Filiz Nurullah participa à une tournée européenne en compagnie du multiple champion du Kirkpinar Koca Yusuf (1m88, 115kg). Nurullah aurait mesuré 2m18 pour 175kg !
Dans les luttes olympiques, malgré la limite maximum de 130kg imposée aux combattants dans les années 1980, on eut également le temps de voir apparaître d'énormes gabarits. Parmi eux, il faut citer deux médaillés olympiques (respectivement en 1972 et 1980) : le plus lourd Chris Taylor (1m96 et 187kg) et le plus grand Adam Sandursky (2m14, 135kg).
Du côté des plus massifs, on trouve des hommes de 200kg et plus quelques fois en judo (Ricardo Blas Junior, de Guam, pesait 210kg pour 1m83 lors des Jeux Olympiques de Beijing en 2008) mais plus généralement en sumo. Certains parmi eux ont même été ozeki (champion) ou yokozuna (grand champion) :
- Onokuni (yokozuna 1987-1991) : 1m89, 203kg
- Akebono (yokozuna 1993-2001) : 2m04, 233kg
- Musashimaru (yokozuna 1999-2003) : 1m92, 235kg.
Pourtant le plus lourd des sumotori, un ozeki, fut Konishiki, de son vrai nom Saletaa Atisanoe : 275kg pour 1m84 !
Mais c'est encore un autre sumotori qui doit être considéré comme le plus gros gabarit de l'histoire. Contemporain des champions professionnels Akebono, de son vrai nom Chad Rowan (dont il égale la taille) et Konishiki (dont il égale pratiquement le poids), il fut champion du monde amateur de sumo en 1995 : Emmanuel Yarborough.

Emmanuel Yarborough (à gauche) face à un concurrent de pourtant 1m88 et 115kg

Avec 2m04 et 273kg (en 1998), il atteint un total record (cm+kg) de 477. Au sommet du sumo amateur entre 1992 et 1996 (1 médaille d'or, 3 d'argent et 1 de bronze), Yarborough s'essaya aussi aux arts martiaux mixtes (1 combat en 1994 et 2 en 1998) sans grand succès. Depuis, étant toujours en activité à plus de 40 ans, son poids n'a pas cessé d'augmenter : 321kg, 363kg et même 402kg en 2008 !

Gabarit minimum

La référence pour les "petits" parmi les colosses reste le judoka Masahiko Kimura qui régna sur sa discipline de 1937 à 1949 malgré un gabarit de seulement 1m68 pour 84 à 86kg.
Pourtant, un homme encore plus petit et plus léger parvint à briller au plus haut niveau en "toutes catégories". Il s'agit de l'Allemand Carl Schuhmann, le gymnaste multiple médaillé olympique (barre fixe, barres parallèles et saut de cheval), qui remporta le tournoi de lutte gréco-romaine lors des Jeux Olympiques de 1896.

Carl Schuhmann porté en triomphe par ses compatriotes

Il ne mesurait qu'1m59 pour 70kg (soit un total cm et kg d'à peine 229) ! Bien plus léger que la plupart de ses concurrents, Schuhmann obtient une première victoire contre le Britannique Launceston Elliot (pourtant champion olympique en haltérophilie) avant de battre en finale le Grec Yeóryios Tsítas, spécialiste de lutte traditionnelle.

Sports de combat de percussion

Gabarit maximum

Bien que deux boxeurs du XXème siècle aient été mesurés à 2m23 (Gogea Mitu et John Rankin), ils ne furent jamais champions. Par contre, une dizaine de centimètres moins grands, on trouve trois champions renommés :
- à 2m15 (et probablement autour de 130kg), le vainqueur olympique de pugilat avec cestes de l'année 520 avant JC : Glaukos de Karystos. Il accumula tant de titres panhelléniques pendant son règne que son nom devint ensuite synonyme de champion;
- à 2m13 (pour un poids ayant varié de 141 à 148kg, titre mondial en jeu), le Russe Nikolay Valuev, champion du monde WBA de boxe anglaise professionnelle en 2005-2007 puis 2008-2009;
- enfin, à 2m12 (pour un poids étant passé de 120 à 133kg), le Néerlandais Semmy Schilt quadruple vainqueur du K1 Grand Prix en 2005, 2006, 2007 et 2009 après des titres mondiaux en karaté daido juku et pancrase.

Nikolay Valuev avec son homme de coin

En additionnant cm et kg, c'est Nikolay Valuev qui s'impose comme le plus énorme gabarit (213+148=361), d'autant plus qu'il lui est déjà arrivé de peser jusqu'à 158kg (en 1997).

Gabarit minimum

Parmi la douzaine de champions du monde de boxe anglaise (à mains nues ou avec gants) "poids lourds" n'ayant en réalité jamais dépassé la limite mathématique des poids moyens (77kg), le plus léger de tous fut le Britannique Tom Sayers (règne : 1858-1860). Il accusait 67 à 69kg sur la balance lors de ses championnats du monde pour une taille de 1m73.

Tom Sayers


D'autres champions furent mesurés en dessous de 1m73 :
- Daniel Mendoza (champion du monde 1794-1795) : 1m70, 72 à 76kg
- Thomas Owen (1796-1797) : 1m72, 76kg
- Tommy Burns (1906-1908) : 1m70, 76 à 84kg, titre mondial en jeu
- et Sam Langford (plusieurs fois champion du monde "de couleur" : 1909-1911; 1912-1914; 1914-1915; 1916-1917 et 1917-1918) : 1m71 (mais 1m68 à 1m72 selon les sources), 71kg (en 1906) à 92 kg (en 1916), titre mondial en jeu.
De peu devant Sam Langford, qui fut l'un des deux plus puissants puncheurs de l'histoire de la boxe avec Joe Louis, c'est tout de même Tom Sayers qui demeure le plus petit gabarit pour un champion du monde poids lourds. En additionnant cm et kg, on ne trouve que 173+67=240.

Sports de combat mixtes (préhension et percussion)

Gabarit maximum

Polydamas de Skotoussa fut vainqueur olympique en pancrace lors des Jeux Olympiques de 408 avant JC. Il fut décrit comme "le plus grand mortel ayant jamais vécu" par le périégète (historien et géographe grec) Pausanias.
Même s'il n'atteignit probablement pas les 2m72 de Robert Wadlow (mort à 22 ans des causes de son gigantisme), le gabarit de Polydamas doit être comparé à ceux des plus grands sportifs de l'époque contemporaine :
- entre les rikishi géants évoluant autour de 2m20 (Ozora Takezaemon et tous ceux décrits plus haut)
- les boxeurs de 2m23 tels que Gogea Mitu (1935) et John Rankin (1967)
- et surtout des combattants d'arts martiaux mixtes comme Paolo Cesar "Giant" Silva (2m18, 175kg) et Hong-Man Choi (2m18, 160kg).
A la différence que Polydamas fut un champion, vainqueur olympique, tandis que les combattants cités ci-dessus n'obtinrent jamais ce statut.
Par contre, à l'époque contemporaine, d'autres combattants d'arts martiaux mixtes très lourds ou très grands ont été champions pour des organisations telles que l'UFC ou la fédération de Pancrase :
- Josh Barnett : pour l'UFC et le Pancrase : 1m90, 113kg;
- Semmy Schilt : pour le Pancrase : 2m12, 116kg à l'époque;
- Tim Sylvia : pour l'UFC : 2m03, 118kg;
... mais c'est vraisemblablement insuffisant pour devancer Polydamas.


Polydamas de Skotoussa

On peut considérer qu'il mesurait environ 2m20 pour un poids autour de 168kg (d'après la table des morphotypes et des pancratiastes en particulier), ce qui correspond parfaitement à la fourchette 160-175kg entre Hong-Man Choi et "Giant" Silva.
Total pour Polydamas de Skotoussa : 220+168=388.

Gabarit minimum

Renzo Gracie (1m78, 77kg) remporta le World Combat Championship (WCC) en 1995 face à James Warring (ex-champion du monde poids lourds de full-contact et champion du monde IBF des poids cruisers de boxe anglaise). A l'instar de ses cousins Royce Gracie (1m86, 80kg) et Rickson Gracie (1m78, 84kg), respectivement vainqueurs de trois UFC (en 1993 et 1994) et de deux Japan Vale Tudo (en 1994 et 1995), il démontra que les petits gabarits pouvaient s'imposer en arts martiaux mixtes (MMA) s'ils maîtrisaient parfaitement le combat au sol grâce au jiu-jitsu brésilien.



Renzo Gracie en judogi

Renzo Gracie démontra sa maîtrise du sol face à ses pairs en s'imposant également lors de deux championnats du monde de lutte de soumission (grappling) à Abu Dhabi en 1998 et 2000 dans la catégorie des "- de 77kg".
Total en cm+kg pour ce combat : 178+77=255.


Sources :
* sur les pierres des yokozuna et des rikishi géants : http://www.sumofanmag.com/content/Issue_11/Rikishi_of_Old_French.htm
* fiche de la fédération de sumo amateur sur Emmanuel Yarborough : http://www.amateursumo.com/champions/yarbrough.htm
* palmarès d'Emmanuel Yarborough en arts martiaux mixtes (MMA) : http://www.sherdog.com/fighter/Emmanuel-Yarborough-39
* article Emmanuel Yaborough le plus lourd champion de sumo : http://www.megaportail.com/Sport/3381-emanuel-yarbrough-le-plus-lourd-champion-de-sumo.html
* Portrait de Carl Schuhmann sur l'encyclopédie Wikipédia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Carl_Schuhmann
* Gabarit de Carl Schuhmann sur Sports Reference : http://www.sports-reference.com/olympics/athletes/sc/carl-schuhmann-1.htm
* Sur Glaukos de Karystos et les champions de l'Antiquité : le site http://le-meilleur-de-tous-les-temps.blogspot.com/2007/07/2-en-pugilat.html et le livre http://www.lulu.com/product/couverture-rigide/le-meilleur-combattant-de-tous-les-temps/6077074
* Palmarès de Nikolay Valuev : http://boxrec.com/list_bouts.php?human_id=19904&cat=boxer
* Gabarit de Semmy Schilt : http://www.k-1.co.jp/en/fighter/player.php?SO=s&country=Holland&weight=&weight2=&index=schilt
* Article sur Les champions du monde de boxe "poids lourds" issus des "poids moyens" (voire encore plus légers) à http://justemonopinion-jeronimo.blogspot.com/2010/04/les-champions-poids-toutes-categories.html
* Carrière de Sam Langford : http://boxrec.com/list_bouts.php?human_id=11023&cat=boxer
* Morphotypes en sports de combat dans l'article "Les gabarits antiques comparés aux modernes" : http://le-meilleur-de-tous-les-temps.blogspot.com/2007/06/les-gabarits-antiques-compars-aux.html

* Athlètes antiques et archéologie expérimentale : http://www.acta-archeo.com/html/1-11610-Athletes-du-stade.php

Asashoryu se retire.


Asashoryu (1m84, 146 à 154kg), de son vrai nom Dolgorsuren Dagvadorj, vient de mettre un terme à sa prestigieuse carrière de sumotori à l'âge de 30 ans.

Premier Mongol à obtenir le titre de yokozuna (grand champion), il a régné sans partage sur le sumo professionnel de 2003 à 2007.

Mais cette année 2007 est un tournant, d'une part parce qu'il est rejoint par son compatriote Hakuho (1m92, 152kg) au rang prestigieux de yokozuna et d'autre part parce qu'il est pris dans un scandale qui le déshonore et perturbe sa carrière.

Il remporte toutefois encore 1 basho en 2008 (mais Hakuho en remporte 4), 2 en 2009 (mais Hakuho 3) et se retire sur une ultime victoire en janvier 2010 lors de l'Hatsu Basho, par 13 combats gagnés et 2 perdus (dont celui contre Hakuho ... mais qui, de son côté, n'a obtenu que 12 victoires sur 15 combats dans ce même tournoi).
Hakuho remporte le tournoi suivant en mars (avec 15 victoires, 0 défaite) et semble débuter une domination sans partage sur la discipline.

Au total, Asashoryu fut 25 fois yusho (c'est-à-dire vainqueur des tournois de l'empereur, les basho) ce qui est mieux que Takanohana II (22 yusho, yokozuna entre 1995 et 2003) et même que Kitanoumi (24 yusho, yokozuna entre 1974 et 1985). Seuls deux yokozuna des 50 dernières années le devancent au nombre de succès : Taiho (32 fois yusho, yokozuna de 1961 à 1971) et Chiyonofuji (31 fois yusho, yokozuna de 1981 à 1991).

On peut donc légitimement classer Asashoryu parmi les 8 ou 9 meilleurs sumotori de l'Histoire; le meilleur restant tout de même Raiden (même s'il ne fut jamais promu yokozuna) qui remporta à son époque 28 basho alors qu'à peine 2 étaient organisés chaque année (contre 6 par an de nos jours).

Sources : http://fr.wikipedia.org/wiki/Akinori_Asash%C5%8Dry%C5%AB (biographie sur l'encyclopédie en ligne Wikipedia), http://www.sumofr.net/ (le site français du sumo) et http://le-meilleur-de-tous-les-temps.blogspot.com/2007/05/9-les-meilleurs-lutteurs-turcs-mongols.html (la première édition, en ligne, du livre Le meilleur combattant de tous les temps ... dont la 3ème édition vient de sortir en 2009). Enfin, sur les scandales auxquels est lié Asashoryu : http://www.leparisien.fr/flash-actualite-sports/japon-asashoryu-l-enfant-terrible-du-sumo-tire-sa-reverence-04-02-2010-803682.php

Le meilleur pugiliste de tous les temps

D'après le livre de référence
"Le meilleur combattant de tous les temps",
le meilleur pugiliste de tous les temps (tous sports de percussion confondus) est à compter parmi les champions qui ont dominé leurs contemporains pendant au moins douze années. Ils ne sont que huit dans toute l'Histoire à avoir accompli pareil exploit, dont quatre pendant le seul XXème siècle :
- Tisandros de Naxos en Sicile, au VIème siècle avant JC
- Glaukos de Karystos, au VIème siècle avant JC
- Jack Broughton, au XVIIIème siècle
- Tom Cribb, au XIXème siècle
- Joe Louis, de 1937 à 1949
- Mohamed/Muhammad Ali, entre 1960 (son titre olympique) et 1979 (son retrait provisoire des rings professionnels)
- Teofilo Stevenson, entre 1972 et 1986
- et Felix Savon-Fabre, entre 1985 et 2000.
Ces champions sont classés, après conversion de leurs titres majeurs en "années de règne", selon la durée de leur domination sur les contemporains :
1er : Tisandros de Naxos, avec 16+/-1 années
2ème : Felix Savon-Fabre, avec 14 années
3èmes ex aequo : Tom Cribb et Glaukos de Karystos, avec 13 années
5èmes ex aequo : Jack Broughton, Joe Louis, Mohamed Ali et Teofilo Stevenson, avec 12 années.
Ces informations s'appuient sur diverses sources historiques, livres et/ou sites internet. Pourtant, d'autres sources apportent des informations sensiblement différentes qui peuvent modifier ce classement.
Par exemple, le site Cyber Boxing Zone présente une liste des champions de boxe à poings nus (http://www.cyberboxingzone.com/boxing/barenuk.htm) dans laquelle le règne de Jack Broughton (http://www.cyberboxingzone.com/boxing/broughton-jack.htm) ne commence pas en 1738 (comme indiqué dans d'autres anthologies de la boxe) mais en 1736. Comme son règne se termine en 1750, cela représente 14 années de domination.
Ce même site considère que Tom Cribb (http://www.cyberboxingzone.com/boxing/cribb.htm) est devenu champion non en 1809, après sa deuxième victoire contre Jem Belcher, mais en 1808, année du retrait du précédent champion John Gully. Cela porterait son règne à 14 années.
Alors que le propre site de Mohamed/Muhammad Ali affiche (http://www.ali.com/legend_stats.php) les règnes suivants en tant que professionnel (1964-1967, 1974-1978 et 1978-1979), celui de Cyber Boxing Zone (http://www.cyberboxingzone.com/boxing/achamp.htm) considère que les règnes professionnels réels d'Ali ont été : 1964-1970, 1974-1978 et 1978-1979. Cela représente une différence de 3 années, celles pendant lesquelles Ali s'est battu contre la justice de son pays à cause de son refus de participer à la guerre du Vietnam. En conséquence, i avait été destitué de son titre par les principales fédérations dès 1967, avant de se retirer de la boxe (provisoirement) en 1970. En comptant ces 3 années supplémentaires, son règne cumulé chez les professionnels passe à 11 années qui, ajoutées aux 4 que représente son titre olympique, font de lui un champion en titre pendant 15 années.
Le classement deviendrait ainsi :
1er : Tisandros de Naxos, avec 16+/-1 années
2ème : Mohamed/Muhammad Ali, avec 15 années
3èmes ex aequo : Jack Broughton, Tom Cribb et Felix Savon-Fabre, avec 14 années
6ème : Glaukos de Karystos, avec 13 années
7èmes ex aequo : Joe Louis et Teofilo Stevenson, avec 12 années.
Le magazine The Ring va plus loin encore en proposant une chronologie des "champions linéaires" indépendante des fédérations mondiales si critiquées aujourd'hui. (http://en.wikipedia.org/wiki/List_of_The_Ring_world_champions).
Cette liste considère que le règne de Joe Louis ne s'est pas arrêté à son rertait en 1949 mais lors de sa défaite contre Ezzard Charles, à son retour sur les rings en 1950. Son règne serait alors porté à 13 années.
Quant à Mohamed/Muhammad Ali, ses règnes professionnels sont portés à 1964-1971 (jusqu'à sa défaite contre Joe Frazier, à son retour à la compétition), 1974-1978 et 1978-1980 (jusqu'à sa défaite contre Larry Holmes, lors d'un nouveau et pathétique retour à la compétition). En cumulant ces trois règne professionnels (13 années) et son titre olympique (4 années) on arrive à un total de 17 années !
Le classement deviendrait alors :
1er : Mohamed/Muhammad Ali, avec 17 années
2ème : Tisandros de Naxos, avec 16+/-1 années
3èmes ex aequo : Jack Broughton, Tom Cribb et Felix Savon-Fabre, avec 14 années
6èmes ex aequo : Glaukos de Karystos et Joe Louis, avec 13 années
8ème : Teofilo Stevenson, avec 12 années.

Les champions du monde de boxe "poids lourds" issus des "poids moyens" (voire encore plus légers)

L'article Little Big Men (http://justemonopinion-jeronimo.blogspot.com/2010/04/little-big-men.html) avait pour but de répondre à la question : "L'Histoire a-t-elle connu d'autres champions "toutes catégories" aussi légers, voire plus légers que Masahiko Kimura ?" (84kg lors de la conquête de son titre; de champion de judo/ju-jitsu du Japon ... et donc du monde, à son époque).

Dans les sports de percussion, et la boxe anglaise en particulier, les noms de Bob Fitzsimmons (pour la boxe avec gants, à partir de 1892) et de Daniel Mendoza (pour la boxe à poings nus, à partir de 1719) ont été cités comme ceux des premiers "poids moyens" (c'est-à-dire autour de 70-75kg) à s'emparer du titre "poids lourds". Mais la liste ne se prétendait pas exhaustive et, de plus, l'article ne précisait pas forcément à quel poids exact le champion issu des "moyens" était devenu le champion "toutes catégories".

Commençons à détailler cette liste avec les champions de boxe de l'époque "barenuckle" en énumérant tous ceux qui pesaient (au moins à un moment donné de leur carrière) moins de 170 pounds/livres anglaises (1 lb = 0,453 kg), soit moins de 77kg (source : http://www.cyberboxingzone.com/boxing/barenuk.htm) :
- Daniel Mendoza (champion du monde 1794-1795) : 1m70, 72 à 76kg
- Thomas Owen (1796-1797) : 1m72, 76kg
- Jack Bartholomew (1797-1800) : 1m76, 76 à 79kg
- Jem Belcher (1800-1805) : 1m81, 69 à 82kg, disputant son premier combat à 12 ans (en 1793) et devenant champion des poids moyens six ans plus tard (en 1799) puis champion "toutes catégories l'année suivante (source : http://www.cyberboxingzone.com/boxing/belcher-jem.htm).
- Henry Pearce (1805-1807) : 1m74, 75 à 83kg
- Tom Cannon (1824-1825) : 1m76 (ou 1m81), 75 à 79kg
- Peter Crawley (1827) : 1m84, 74 à 75kg
- William "Bendigo" Thompson (1839-1840 puis 1845-1850) : 1m76, 74 à 76kg
- Harry Broome (1851-1856) : 1m78 (ou 1m76), 62 à 81kg, était meilleur lutteur que boxeur, ce qui ne l'a pas empêché de devenir d'abord champion des poids welters en boxe (à un poids probablement inférieur à 66-67kg) de 1843 à 1846 puis champion "toutes catégories" en 1851(source : http://www.cyberboxingzone.com/boxing/broome-h.htm)
- Tom Paddock (1856-1858) : 1m78, 75 à 76kg
- Tom Sayers (1858-1860) : 1m73, 51 à 70 kg, perdit d'abord un combat pour le titre des poids moyens en 1853 (alors qu'il ne pesait que 63kg selon certaines sources) avant de s'emparer du titre "toutes catégories" en 1858 (autour de 67-69kg) et de se retirer en 1860 après un match nul contre le champion des Etats-Unis (JOhn Camel Heenan, d'1m88 pour 88kg, alors que Tom Sayers ne pesait que 69kg) (source : http://www.cyberboxingzone.com/boxing/sayers.htm)
- Jem Mace (1861-1862 puis 1866-1871) : 1m76, 62 à 79kg, il perdit d'abord un combat pour le titre des poids moyens ou des poids welters en 1858 avant de finalement conquérir ce titre des poids moyens ou welters à sa troisième tentative en 1860. Dès l'année suivante, il devenait champion "toutes catégories" (alors qu'il ne pesait que 71 à 75kg selon les sources). En 1863, Mace (re)devient champion des poids moyens avant de reconquérir le titre poids lourds en 1866. Sa carrière dura bien au-delà puisqu'en 1890, il disputa (mais perdit logiquement) le championnat poids lourds d'Angleterre à l'âge de 59 ans (!) contre Charlie Mitchell (celui qui signa deux matchs nuls, en 1883 et 1888, contre John L. Sullivan, le champion du monde de 1882 à 1892) (source : http://www.cyberboxingzone.com/boxing/mace-j.htm).

Cette liste présente tout de même une douzaine de noms dont on peut légitimement penser que les deux tiers ont conquis le titre "toutes catégories" en pesant moins de 77kg au moment de leur sacre. Ce sont donc 8 champions sur les 42 que détaille CyberBoxingZone (à l'adresse http://www.cyberboxingzone.com/boxing/barenuk.htm) entre 1719 et 1871.

Cette liste peut encore être complétée par les champions de boxe à poings nus des Etats-Unis, bientôt considérés comme les héritiers du titre de "champion du monde de boxe". Le site CyberBoxingZone propose une liste qui court de 1841 à 1889( http://www.cyberboxingzone.com/boxing/bare-am.htm), après le pionnier, Tom Molineaux, qui évolua dans les années 1810-1815.

- Joe Coburn (1863-1865) : 1m75, 70 à 86kg, signe un match nul en 160 reprises (?!) lors du championnat des poids moyens en 1856, et s'empare du titre poids lourds d'Amérique en 1863, avant de signer deux matchs nuls face au champion du monde Jem Mace en 1871.
- Tom Allen (1869-1870) : 1m75 (ou 1m76), 62 à 86kg, perd le championnat des poids welters en 1864, gagne celui des poids moyens en 1865, puis celui des poids lourds d'Amérique en 1869 (voir à http://www.cyberboxingzone.com/boxing/allen-t.htm)
- Joe Goss (1876-1880) : 1m73, 63 à 74kg, champion des poids moyens en 1862, puis des poids lourds en 1876 (http://www.cyberboxingzone.com/boxing/goss-j.htm)

D'après cette recherche, en tout, c'est une dizaine de "poids moyens" ou "mi-moyens" (welters), sur 46 champions du monde recensés, ont conquis le titre mondial "toutes catégories" de boxe à poings nus. Le plus léger de tous fut Tom Sayers qui, parti de 51 kg, ne dépassa jamais les 70kg dans sa carrière pugilistique !


Dans la boxe moderne, avec la multiplication des catégories de poids (17 pour les principales fédérations mondiales, parfois encore plus pour d'autres de moindre importance !), les hommes aux gabarits modestes ne prennent plus que rarement le risque de défier de vrais poids lourds.
http://www.cyberboxingzone.com/boxing/achamp.htm

- Bob Fitzsimmons (1897-1899) : 1m81, 68 à 79kg, fut champion poids moyens d'Australie dès 1890 puis du monde en 1891, et des poids lourds en 1897, enfin, en 1903, il conquit le titre nouvellement créé des lourds-légers (à - de 79kg). (http://www.cyberboxingzone.com/boxing/fitz.htm)
- Roy Jones Junior (2003) : 1m80, 69 à 87kg, s'empara du titre WBA des poids lourds face à John Ruiz au poids de 87kg, après avoir conquis des titres mondiaux en poids moyens (72kg), super-moyens (76kg) et lourds-légers (79kg) (voir sa carrière à http://boxrec.com/list_bouts.php?human_id=1758&cat=boxer)
- James Toney (2005) : 1m78, 71 à 107kg, champion des poids moyens en 1991 et des super-moyens en 1993, pour l'IBF, puis lourd-léger en 1995, cruiser (- de 86kg) en 1997, supercruiser (92kg) en 2001 pour des fédérations mineures, et cruiser IBF en 2003. En 2005, il obtient brièvement le titre WBA des poids lourds contre John Ruiz (le même boxeur battu par l'autre ex-poids moyen, Roy Jones !) à 106kg mais le résultat est vite changé en "no contest" car Toney est contrôlé positif aux anabolisants. Toney s'emparera tout de même d'un autre titre mineur poids lourd en 2005 et signera un match nul contre le champion WBC en 2006 (http://boxrec.com/list_bouts.php?human_id=1437&cat=boxer).


Pour rendre exhaustif ce panorama des ex-"poids moyens" à être devenus champions poids lourds (ou "toutes catégories"), il faut encore étudier une dernière liste : celle des boxeurs noirs ou "de couleur", interdits de "vrai" championnat du monde, entre les années 1880 et 1930. (voir à : http://le-meilleur-de-tous-les-temps.blogspot.com/2007/04/bare-knucle-boxe-poings-nus-tous-les.html).

- George Godfrey (champion du monde 1883-1888) : 1m78, 75 à 80 kg
- "Professeur" Charles Hadley (1883) : 1m75 (ou 1m78), 72 à 79 kg, champion parallèlement à Godfrey,
- Frank Childs (1898) : 1m76, 72 à 84 kg
- George Byers (1898-1901) : 1m73, 54 à 75 kg, champion poids moyens "de couleur" en 1897 puis "poids lourds" l'année suivante (http://www.cyberboxingzone.com/boxing/GeorgeByers.htm)
- Sam Langford (plusieurs fois champion du monde : 1909-1911; 1912-1914; 1914-1915; 1916-1917 et 1917-1918) : 1m72 (ou 1m68 selon les sources), 63 à 93 kg, combattit une fois contre Jack Johnson qui refusa ensuite de l'affronter, c'est-à-dire de lui donner une chance de conquérir le vrai titre mondial (Blancs et Noirs confondus), ce qui n'empêcha pas ce puncheur extraordinaire, issu des poids légers, de conquérir cinq titres mondiaux poids lourds "de couleur" (carrière consultable en détail à : http://boxrec.com/list_bouts.php?human_id=11023&cat=boxer).


Les deux plus légers furent donc le Blanc Tom Sayers (de 1858 à 1860) dont le poids de corps évolua de 51kg à moins de 70kg, pour 1m73, et le Noir George Byers (1898-1901) qui se hissa de 54kg à 75kg, pour la même taille : 1m73.
Reste à savoir à quel poids exact l'un et l'autre conquirent le titre suprême.
Pour Sayers, certaines sources (livres sur les anthologies de la boxe) évoquent la fourchette 67-69kg.
Pour Byers, on trouve plus de détails à l'adresse suivante (http://boxrec.com/list_bouts.php?human_id=40088&cat=boxer), sur le site Boxing Records Archives. Le seul poids connu est justement celui de 1898, son combat pour le titre contre Frank Childs : 165 lbs soit 74,7kg (son poids maximum).
Le record revient à Tom Sayers !

Le Tahtib ou l'Art Martial Egyptien



Fann al Nazaha wal Tahtib, connu comme « Tahtib » est peut-être l'art martial le plus ancien (mis à part la lutte) encore pratiqué de nos jours.
« Fann » veut dire art, « Nazaha » signifie droit, intègre, souple, présent et incorruptible, « Tahtib » signifie joute avec le bois à brûler (hatab). Il s’agit de l’art de l’homme accompli et du bâton.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Tahtib



Champion linéaire à la façon du magazine The Ring

Le magazine The Ring qui existe depuis 1922 est une référence dans le monde de la boxe.

En 2002, tellement excédés par la prolifération de fédérations dites "mondiales", les journalistes de The Ring ont décidé de remettre une ceinture aux boxeurs réellement dignes de porter le titre de champion du monde. Leur façon de les désigner : "l'homme qui a battu l'homme", le "champion linéaire".

A posteriori, on peut retracer la liste des champions du monde poids lourds, jusqu'en 1922 (liste officielle d'après The Ring) mais aussi au-delà, en appliquant la même méthode; un champion restant champion tant qu'il n'a pas été battu, même s'il est destitué, ou s'il prend sa retraite, jusqu'à son retour et une défaite entre les quatre cordes.

1- Jack Dempsey 1922-1926
2- Gene Tunney 1926-1928 (retraite définitive)
3- Max Schmeling (vainqueur de Jack Sharkey) 1930-1932
4- Jack Sharkey 1932-1933
5- Primo Carnera 1933-1934
6- Max Baer 1934-1935
7- James J. Braddock 1935-1937
8- Joe Louis 1937-1950 (jusqu'à son retour de retraite)
9- Ezzard Charles 1950-1951
10- Jersey Joe Walcott 1951-1952
11- Rocky Marciano 1952-1956 (retraite définitive)
12- Floyd Patterson (vainqueur d'Archie Moore) 1956-1959
13- Ingemar Johansson 1959-1960
14- Floyd Patterson 1960-1962
15- Sonny Liston 1962-1964
16- Muhammad Ali 1964-1971 (malgré sa destitution en 1968, jusqu'au "combat du siècle" entre champions invaincus contre Frazier en 1971)
17- Joe Frazier 1971-1973
18- George Foreman 1973-1974
19- Muhammad Ali 1974-1978
20- Leon Spinks 1978
21- Muhammad Ali 1978-1980 (malgré son retrait en 1979, jusqu'à son retour de retraite)
22- Larry Holmes 1980-1985
23- Michael Spinks 1985-1988 (malgré son retrait en 1986, jusqu'à son retour de retraite)
24- Mike Tyson 1988-1990
25- James Douglas 1990
26- Evander Holyfield 1990-? (règne discontinu marqué par des conflits entre fédérations)
27- Lennox Lewis 2002-2004 (retraite définitive)
28- Vitali Klitschko 2004-2005 (retraite)
29- Wladimir Klitschko (vainqueur de Ruslan Chagaev) 2009-aujourd'hui

Référence : http://en.wikipedia.org/wiki/List_of_The_Ring_world_champions

En remontant dans le passé de la boxe selon les règles du Marquis de Queensbury, au-delà de Jack Dempsey, on retrouve :
- Jess Willard 1915-1919 (qui sera battu par Jack Dempsey)
- Jack Johnson 1910-1915
- James J. Jeffries 1899-1910 (malgré son retrait en 1905, jusqu'à son retour de retraite)
- Bob Fitzsimmons 1897-1899
- Gentleman Jim Corbett 1892-1897

Grâce à cette chronologie, on identifie plus clairement les champions les plus dominateurs sur leurs contemporains :

1er ex aequo- Muhammad Ali : 13 années (7+4+2)
1er ex aequo- Joe Louis : 13 années
3- James J. Jeffries : 11 années

PS : Le site CyberBoxingZone (référence sur internet) propose une liste plus "classique" de champions linéaires http://www.cyberboxingzone.com/boxing/achamp.htm en détaillant notamment la période 1990-2002 qui reste floue pour The Ring et en diminuant légèrement les règnes de Muhammad Ali : 1964-1970, 1974-1978 et 1978-1979 (11 années au total) et nettement celui de James J. Jeffries : 1899-1905 (6 années seulement).

Little big men

Parmi la vingtaine de champions iconiques repérés dans toute l'histoire des arts martiaux et des sports de combat (voir le livre "Le meilleur combattant de tous les temps" : http://www.lulu.com/product/hardcover/le-meilleur-combattant-de-tous-les-temps/6077074), on peut distinguer :

- des pugilistes pesant entre 90 et 100kg (sauf l'exception Glaukos de Karystos : 2m15, 130kg)
- des pancratiastes ou combattants polyvalents pesant autour de 100-110kg
- et des lutteurs encore beaucoup plus lourds (de 110 jusqu'à 170kg).

Une exception toutefois : Masahiko Kimura, indétrônable champion de judo et de ju-jitsu de 1937 à 1949, ne mesurait qu'1m68 pour à peine 84kg dans les années 1937-39. Ce "little big man" remportait pourtant ses titres en "toutes catégories", comme les champions antiques.

L'Histoire a-t-elle connu d'autres champions "toutes catégories" aussi légers, voire plus légers que Kimura ? Si l'on ne s'embarrasse pas de la durée du règne, la réponse est : oui !

Commençons par les sports de préhension spécialisés dans le combat au sol.

A l'instar de son père Hélio qui n'hésita pas à défier Masahiko Kimura, justement, mais aussi Joe Louis (champion du monde poids lourds de boxe de 1937 à 1949), Royce Gracie s'engagea en 1993 dans l'Utimate Fighting Championship, premier tournoi multidisciplinaire depuis que les Jeux Olympiques (et l'un de ses sports : le pancrace) avaient été abolis en 393 par l'empereur romain Théodose Ier. Royce remporta ce tournoi avec le physique athlétique, mais modeste pour un combattant, de 1m86 et 80kg.


Le premier champion "toutes catégories" de jiu-jitsu brésilien (spécialisé dans les ne-waza du judo) s'appelait Amaury Bitetti. Il remporta les championnats du monde 1996 et 1997 alors qu'il ne pesait que 78kg (puis 84kg en arts martiaux mixtes) pour 1m75.


Toujours dans les sports de préhension mais plutôt ceux axés sur la lutte debout, il faut citer l'Allemand Carl Schuhmann vainqueur aux Jeux Olympiques de 1896 dans le style de lutte gréco-romaine en "toutes catégories de poids". Pourtant, son adversaire en finale, le Grec Yeoryios Tsitas le dépassait d'une bonne tête et pesait probablement 20 à 30kg de plus. L'agileté de Schuhmann (en réalité un gymnaste, triple vainqueur olympique : aux barres parallèles, à la barre fixe et au saut de cheval) avait eu raison de la force du lutteur traditionnel grec. Le physique de Schuhmann n'était pourtant que de 1m59 pour 70kg ! (référence : http://www.sports-reference.com/olympics/athletes/sc/carl-schuhmann-1.html). Schuhmann à gauche sur la photographie ci-dessous.


Du côté des sports de percussion, c'est en boxe anglaise qu'on trouvera plus léger encore.
Il d'abord faut citer Bob Fitzsimmons, premier poids moyen sous les règles du marquis de Queensbury (boxe avec gants) à s'emparer du titre poids lourds. Mesurant habituellement 1m82 pour moins de 71kg, c'est au poids de 75,7kg qu'il détrônera James J. Corbett en 1897.
Voir sa carrière à : http://boxrec.com/list_bouts.php?human_id=10552&cat=boxer


Quelques années plus tard, deux Canadiens aux gabarits modestes connaîtront eux aussi leur heure de gloire.

Le Blanc Tommy Burns, mesurant à peine 1m70 pour environ 80kg deviendra champion du monde poids lourds en 1906. Il défendra une dernière fois son titre face à Jack Johnson en 1908 en ne pesant que 76kg.

Carrière consultable à l'adresse : http://boxrec.com/list_bouts.php?human_id=10744&cat=boxer
Le Noir Sam Langford mesurant 1m68 à 1m72 (selon les sources) et ayant pesé 61kg à l'origine avant de grimper à 71kg puis au-delà de 80-90kg en fin de carrière, alla défier les meilleurs poids lourds de couleur de son époque "parce qu'il y avait plus d'argent à gagner". Il décrocha le premier de ses 5 titres mondiaux "de couleur" chez les poids lourds en 1909, ne pesant alors que 71kg ! Sa petite taille et son poids modeste étaient compensés par un punch exceptionnel, seulement dépassé par celui de Joe Louis d'après les historiens de la boxe.
Carrière consultable en détail à : http://boxrec.com/list_bouts.php?human_id=11023&cat=boxer



Et si l'on remonte encore plus loin, à l'époque de la boxe à poings nus, on trouvera un certain Daniel Mendoza que les poids lourds naturels craignaient et essayaient d'éviter tellement son style était frustrant pour ces hommes forts. Il devint le premier poids moyen champion "toutes catégories" en 1792 avec une taille de 1m70 pour un poids d'environ 72kg. (http://cyberboxingzone.com/boxing/mendoza-daniel.htm) !



D'autres suivront mettant en avant la technique pour compenser un poids inférieur aux standards de l'époque (80-95kg pour des boxeurs poids lourds) :

- William "Bendigo" Thompson (74kg) : http://www.cyberboxingzone.com/boxing/thompson.htm,

Jem Mace (73kg au moment de la conquête du titre mondial poids lourd) : http://www.cyberboxingzone.com/boxing/mace-j.htm

et, le plus léger de tous : Tom Sayers (69kg lors de sa dernière défense, contre le champion des Etats-Unis, John Camel Heenan, 1m88, 88kg !) : http://www.cyberboxingzone.com/boxing/sayers.htm

Wladimir Klitschko, bientôt la nouvelle référence parmi les super-lourds

L'Etatsunien Eddy Chambers (1m85, 95kg) vient de subir l'écrasante domination sur la boxe professionnelle mondiale de l'Ukrainien Wladimir Klistchko (1m99, 111kg). Le physique considéré comme "modeste" de Chambers n'est pourtant surtout pas à dénigrer ! Quand on calcule la moyenne des gabarits des champions olympiques "lourds" puis "super-lourds" de 1904 à 2008, on trouve 1m89 pour 95kg. Eddy Chambers est donc un poids lourd normal !
Celui qui est exceptionnel, c'est Wladimir Klitschko.

En effet, depuis que la catégorie des "super-lourds" (c'est-à-dire "+ de 91kg") a été créée pour la boxe amateur, seuls trois champions olympiques ont véritablement été des super-lourds, c'est-à-dire nettement au-delà de 100kg :
- Lennox Lewis (1m96, 100kg lors de son sacre), vainqueur olympique en 1988
- Wladimir Klitschko (1m99, 105 kg lors de son sacre), vainqueur olympique en 1996
- et Audley Harrison (1m98, 110kg lors de son sacre), vainqueur olympique en 2000.

Tandis qu'Audley Harrison (http://boxrec.com/list_bouts.php?human_id=44026&cat=boxer) n'a jamais confirmé dans sa carrière professionnelle, le Canadien devenu ensuite Britannique Lennox Lewis est devenu la référence chez les professionnels pour un super-lourd. Il s'était fait remarquer par un premier titre mondial chez les "juniors" en 1983. Le titre olympique de 1988, face à Riddick Bowe (autre "super-lourd", futur champion du monde professionnel), fut son dernier titre amateur. Passé chez les professionnels, il y conquit trois titres de champion du monde poids lourds : de 1992 à 1994 pour le WBC; de 1997 à 2001 pour le WBC unifié ensuite avec l'IBF; et enfin de 2001 à 2004 encore pour les fédérations WBC et IBF. Au total, titre en jeu, il remportera 15 championnats (dont 9 avant la limite) et ne concèdera qu'1 match nul litigieux (face à Evander Holyfield) et 2 défaites par KO mais contre le court du combat (face à Hasim Rahman et Oliver McCall), qu'il vengea par la suite (également par KO).

Mais ce brillant parcours est en passe d'être éclipsé par celui de Wladimir Klitshcko. Le champion olympique 1996 est en effet devenu champion du monde professionnel WBO de 2000 à 2003 puis à nouveau IBF et WBO de 2006 à aujourd'hui. Au total, titre en jeu, il a remporté 16 championnats du monde (dont 14 avant la limite) en ne concédant que 2 défaites (les deux avant la limite, face à Corrie Sanders et Lamon Brewster).

Anecdote : le propre frère de Wladimir, Vitali, connaît lui aussi une excellente carrière. Vice-champion du monde amateur en 1995 puis champion du monde chez les professionnels : WBO en 1999-2000 puis WBC 2004-2005 et encore WBC depuis 2008.

L'archétype du champion de lutte : Alexandre Karelin

Quand on étudie l'histoire du sport et qu'on recense les meilleurs champions de lutte (tous styles et toutes époques confondues), on trouve des gabarits très variés, du sumotori dépassant les 160 kg au ju-jitsuka qui pèse moins de 90 kg.

Le livre Le meilleur combattant de tous les temps (http://www.lulu.com/content/livre-reli%c3%a9-%c3%a0-couverture-rigide/le-meilleur-combattant-de-tous-les-temps/7858654) liste douze champions ayant régné au moins dix années sur la plus grande compétition de lutte de leur époque :

- quatre Grecs (dont un de Grande Grèce, c'est-à-dire du sud de l'Italie),
- trois Japonais,
- deux Turcs Ottomans (un de la partie européenne de Turquie, l'autre de l'actuelle Bulgarie),
- un Russe et un Biélorusse,
- et un Syrien.


Voici les noms et gabarits de ceux qui ont régné au moins une décennie sur la plus grande compétition de leur époque :

- Milon de Crotone : estimé à 1m90 pour 148 kg (voir première estimation datant de 2007 mais révisée en 2009 à http://le-meilleur-de-tous-les-temps.blogspot.com/2007/05/gabarit-du-champion.html)
- Gaddar Kel Aliço : estimé à 1m90, 113 kg
- Hipposthenes de Sparte : inconnu
- Hetoimokles de Sparte : inconnu
- Adali Halil : 1m98, 125 kg de moyenne
- Chairon de Pellene : inconnu
- Alexander Karelin : 1m91, 130 kg
- (Torokishi) Raiden : 1m97, 169 kg
- Masahiko Kimura : 1m68, de 84 kg (en 1937) à 96 kg (en 1951)
- Tanikaze : 1m89, 162 kg
- Tiberius Claudius Patrobius d’Antiocheia de Syrie : inconnu
- Alexander Medved : 1m90, 105 kg de moyenne (entre 97 et 114 kg)

En effectuant la moyenne de toutes ces mensurations, on obtient : environ 1m90 pour 130 kg; ce qui est probablement le gabarit que devaient posséder les Hipposthènes, Hétoimoklès, Chairon et Patrobius mais aussi, certainement, celui du meilleur lutteur du XXème siècle : Alexandre Karelin.


Alexandre Karelin (triple champion olympique des poids super-lourds) apparaît donc comme l'archétype, le modèle idéal, du champion de lutte. Le voici en images, avec plusieurs références à l'Antiquité gréco-romaine :

Nageur et boxeur

Le seul et unique boxeur à s'être imposé quatre fois aux Jeux Olympiques (mais aussi aux Jeux Pythiques, tout aussi relevés pendant l'Antiquité), qui plus est en "toutes catégories", fut un Grec de Sicile : Tisandros de Naxos. Son règne sur le pugilat avec ceste peut être estimé à 16 années, ce qui fait de lui le meilleur boxeur de tous les temps !

Ni Joe Louis (12 années de règne chez les professionnels "poids lourds"), ni Mohamed Ali (vainqueur olympique puis triple champion du monde professionnel sur un cumul d'environ 8 années), ni Teofilo Stevenson (12 années de règne chez les amateurs "poids lourds" et "super-lourds"), ni même Felix Savon-Fabre (14 années de règne chez les amateurs "poids lourds") n'ont réussi à égaler cet ancien champion.

Les historiens antiques racontaient que Tisandros s'entraînait en nageant dans la mer pour se fortifier les bras. Il aurait donc possédé un physique tenant tout autant du nageur que du boxeur. Essayons de nous le représenter ...

Les nageurs de référence successifs furent :

- Duke Kahanamoku 1m85 (http://fr.wikipedia.org/wiki/Duke_Kahanamoku), de son vrai nom Duke Paoa Kahinu Mokoe Hulikohola Kahanamoku, est devenu champion olympique du 100m nage libre en 1912 et, malgré la non-organisation des Jeux en 1916, conserva son titre en 1920 et finit même deuxième en 1924. Il était également un excellent surfeur.

- Johnny Weissmuller 1m90, 86kg (http://fr.wikipedia.org/wiki/Johnny_Weissmuller et http://www.imdb.fr/name/nm0919321/), un des rares champions olympiques du 100m à avoir réussi à conserver son titre (vainqueur en 1924 et 1928 : http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_m%C3%A9daill%C3%A9s_olympiques_masculins_en_natation#100_m.C3.A8tres_nage_libre), également réputé pour n'avoir jamais perdu une course de natation en individuel.

- Mark Spitz 1m86, 77kg (http://fr.wikipedia.org/wiki/Mark_Spitz) qui réalisa un exploit sans précédent lors des Jeux Olympiques de 1972 : 7 courses, 7 médailles d'or, 7 records du monde ! Son palmarès cumulé (de 1968 et 1972) s'élève à 9 médailles d'or; ce qui en fait l'égal de Paavo Nurmi et Carl Lewis (pour situer son niveau dans la postérité) (voir à : http://fr.wikipedia.org/wiki/Jeux_olympiques#M.C3.A9daill.C3.A9s_olympiques).

- Michael Phelps 1m93, 91kg (http://fr.wikipedia.org/wiki/Michael_Phelps) par deux fois, tenta de battre le record de Mark Spitz (7 médailles d'or lors des mêmes Jeux Olympiques). La première fois, en 2004, il dut se contenter de 6 médailles d'or et 2 de bronze. Mais la deuxième fois, en 2008, il réussit l'exploit d'obtenir 8 médailles d'or en 8 courses. Cette double performance fait de lui l'athlète le plus titré de tous les temps (devant Léonidas de Rhodes qui avait obtenu 12 couronnes olympiques en athlétisme durant l'Antiquité) (voir à http://fr.wikipedia.org/wiki/L%C3%A9onidas_de_rhodes).

En ajoutant les noms des deux autres doubles vainqueurs du 100m nage libre (l'épreuve reine de la natation), à savoir celui d'Alexandre Popov (2m pour 87kg) et celui de Peter van den Hoogenband (1m93, 80kg), on obtient la moyenne suivante : 1m91 pour 84kg

Dans ce gabarit longiligne, on retrouve approximativement la taille des meilleurs champions de boxe, modernes et anciens confondus (voir à http://le-meilleur-de-tous-les-temps.blogspot.com/2007/05/2-boxe-pygmachia-pugilat-barenuckle.html) : 1m88. Mais pour ce qui est du poids, 95kg (plutôt que les 92kg annoncés dans la 1ère version de Le meilleur combattant de tous les temps)
, les boxeurs qui ont marqué l'Histoire sont tout de même plus massifs (surtout dans les styles de boxe durs).

Seul Michael Phelps aurait tout à fait pu être comparé à Teofilo Stevenson (1m92, 93kg) ou à Felix Savon (1m98, 91kg). Ce nageur exceptionnel allie ainsi la puissance du boxeur et la fluidité technique du nageur.

Ci-dessous Felix Savon-Fabre (bras levés), Michael Phelps (se préparant à mettre son bonnet de bain) et Teofilo Stevenson (combattant lors des Jeux de Moscou en 1980)




Record de championnats du monde pour le titre des poids lourds en boxe anglaise

Entre 1883 et 1935, les boxeurs Noirs ne furent pas autorisés à se mesurer aux Blancs. Le seul qui fit exception, l'Etats-unien Jack Johnson, dut combattre pour le titre mondial en Australie puis s'exiler en France afin d'échapper aux persécutions.

Cependant, parallèlement aux championnats du monde officiels, des titres « de couleur » (« colored », « black », « colored second version ») furent mis en jeu. En détaillant ces lignées de champions, on découvre des palmarès extraordinaires !

Officiellement, le plus gros palmarès pour un champion du monde poids lourds est celui de Joe Louis (2ème Noir reconnu champion du monde, de 1937 à 1949) : 26 victoires dont 23 par KO pour une seule défaite, aux points. Soit 27 championnats disputés.

Il devance trois autres champions de la seconde moitié du XXème siècle :

  • Cassius Clay alias Mohamed Ali avec 22 victoires dont 14 avant la limite, contre 3 défaites (1 seule avant la limite) soit 25 championnats disputés.
  • Larry Holmes avec 20 victoires dont 14 avant la limite, contre 5 défaites (1 seule par KO) soit également 25 championnats disputés.
  • Et Evander Holyfield, avec 16 victoires dont 9 avant la limite, 2 matchs nuls et 7 défaites soit encore 25 championnats du monde disputés.

Mais en prenant en compte les championnats du monde “de couleur” auxquels Jack Johnson a participé, on découvre qu'en réalité, ce dernier a disputé 29 championnats (21 victoires dont 10 par KO, 5 nuls ou sans décision, et 3 défaites, les trois avant la limite) … sur une période équivalente au règne de Joe Louis (1903-1915) avec une tentative infructueuse en 1899 (alors qu’il n’avait que 21 ans).

Pourtant, ce n'est pas le record ! Deux hommes ont fait encore mieux.

Tout d'abord Harry Wills qui disputa 43 championnats et remporta 33 victoires, dont 16 avant la limite, contre 7 matchs nuls et 3 défaites (1 par disqualification, 2 par KO). C'est le champion qui compte le plus de victoires en championnat du monde, toutes catégories confondues. Il devance en effet le poids léger mexicain Julio Cesar Chavez : 31(20), 2, 4(3), dont le total de championnats disputés était 37; à égalité avec le poids mi-moyen étasunien Jack Britton : 14(9), 19, 4.

Enfin, la surprise vient d'un tout petit boxeur par la taille mais grand par le talent : Sam Langford. Les historiens le décrivent comme mesurant à peine 1m72 voire même 1m68, ce qui ferait de lui le plus petit champion du monde poids lourd du XXème siècle, devant son compatriote le Canadien Tommy Burns (1m70). Durant sa carrière, Sam Langford, a disputé 53 championnats du monde ! Il totalise autant de victoires que Joe Louis (26), mais sans toutefois compter autant de succès par KO (14 seulement contre 23); le magazine The Ring les considérant tous les deux comme les plus grands puncheurs du XXème siècle. Toutefois, le palmarès de Langford compte aussi 10 matchs nuls ou sans décision et 17 défaites, dont 2 avant la limite. Il fut très actif, détint le titre mondial “de couleur” 5 fois (1909-1911; 1912-1914; 1914-1915; 1916-1917 et 1917-1918), et fut champion pendant environ 7 années en cumulant ses règnes successifs.

Champions du monde de couleur de boxe anglaise de 1883 à 1935

L'abolition de l'esclavage n'a pas tout de suite permis aux Noirs et aux Blancs de se mesurer sur un ring de boxe. Pendant près d'un demi-siècle, des titres “noirs” ou “de couleur” furent distribués parallèlement aux championnats du monde officieusement réservés aux Blancs.

A l'exception de Jack Johnson, aucun des plus grands champions noirs ne fut autorisé à défier le champion blanc de son époque. Il fallu attendre Joe Louis en 1937 pour faire l'unanimité du public étatsunien face à la double menace nazie et fasciste incarnée (bien malgré eux) par les boxeurs Max Schmeling (Schmeling) et Primo Carnera (Italie).

Voici la liste des meilleurs champions noirs du demi-siècle ségrégationniste :
  • Jack Johnson (1m86, 84 à 100 kg) : 1903-1905 champion “de couleur”, 1906-1908 champion “de couleur” puis 1908-1915 champion du monde unanimement reconnu. Total : 11 années.
  • Harry Wills (1m90, 93 à 98 kg) : 1914 champion “de couleur”, 1915-1916 champion “de couleur” d'une 2ème version et 1918-1923 (dernière défense) ou 1926 (titre vacant) champion “de couleur”. Total : 7 à 10 années
  • Peter Jackson (1m86, 87 à 93 kg) : 1888-1895 (un seul combat entre 1893 et 1896) ou 1896 (titre vacant) champion “de couleur” + “de la Côte Pacifique” en 1888 + “australien” en 1890 + “commonwealth” en 1892. Total : 7 à 8 années
  • Sam Langford (1m68, 71 à 91 kg) : 1909-1911 champion “de couleur”, 1912-1914 champion “de couleur” + “australien”, 1914-1915 champion “de couleur”, 1916-1917 champion “de couleur” d'une 2ème version puis réunifié et 1917-1918 champion “de couleur”. Total : 7 années

Les champions du sanshou / sanda

Les championnats du monde de sanda/sanshou n'existent que depuis 1991 alors que les arts martiaux chinois (wushu) sont parmi les plus anciens au monde (la mythologie parle de 2600 ou 2700 avant J.-C. tandis que les témoignages historiques les plus anciens, notamment ceux écrits par Confucius, évoquent leur existence autour de 500 avant J.-C.).

Depuis 1991, 10 championnats du monde (seniors) ont été organisés, ainsi que 3 coupes du monde, 2 championnats du monde juniors et une fois des tournois olympiques.

Ne possédant des informations détaillées et complètes qu'à partir de 2002, je ne suis en mesure de présenter que quelques-uns des champions les plus titrés ... avec le risque de ne pas fournir leurs palmarès exhaustifs.

Des plus légers aux plus lourds :

René Catalan (Philippines) : vainqueur de la 2ème coupe du monde 2004 (-48kg), champion du monde 2005 (-48kg) et vainqueur de la 3ème coupe du monde 2006 (-48kg).
Benjie Rivera (Philippines) : champion du monde 2005 (-52kg) et vainqueur de la 3ème coupe du monde 2006 (-52kg)
Shuaike Zhang (Chine) : vainqueur de la 2ème coupe du monde 2004 (-56kg), champion du monde 2007 (-56kg) et vainqueur du tournoi olympique 2008 (-56kg).
Yu Fei Biao (Chine) : champion du monde 2005 (-60kg), vainqueur de la coupe du monde 2006 (-60kg) et champion du monde 2007 (-60kg).
Zhao Guang Yong (Chine) : champion du monde 2005 (-65kg) et vainqueur de la coupe du monde 2006 (-65kg)
Xu Yan Fei (Chine) : champion du monde 2005 (-70kg) et vainqueur de la coupe du monde 2006 (-70kg)
Ling Chan Cai (Macao) : champion du monde 2007 (-70kg) et vainqueur du tournoi olympique 2008 (-70kg).
Bian Mao Fu (Chine) : champion du monde 2005 (-75kg) et vainqueur de la coupe du monde 2006 (-75kg)
Dzhanhuat Beletov (Russie) : champion du monde 2007 (-75kg) et champion du monde 2009 (-75kg).
Liu Hai Long (Chine) : vainqueur de la coupe du monde 2002 (-80kg), champion du monde 2003 (-80kg), face au futur roi de la catégorie Muslim Sali(k)hov, et vainqueur de la coupe du monde 2004 (-80kg). Chez les professionnels, il remporta également le tournoi inaugural du "King of Sanda" en 2000.
Sali(k)hov Muslim (Russie) : champion du monde 2005 (-80kg), vainqueur de la coupe du monde 2006 (-80kg), champion du monde 2007 (-85kg), vainqueur du tournoi olympique 2008 (-85kg) et champion du monde 2009 (-85kg).
Hamid Reza Gholipour (Iran) : champion du monde junior 2006 (-80kg), champion du monde (senior) 2007 (-80kg).
Mohammad Reza Jafari (Iran) : vainqueur de la coupe du monde 2002 (-85kg), peut-être champion du monde 2003 (-85kg), vainqueur de la coupe du monde 2004 (-85kg), champion du monde 2005 (-85kg)
Ali Asghar Shabani (Iran) : vainqueur de la coupe du monde 2002 (-90kg), peut-être champion du monde 2003 (-90kg), champion du monde 2005 (-90kg) et vainqueur de la coupe du monde 2006 (-90kg).
Bozigit Atajev (Russie) : champion du monde 1999 (-80kg), champion du monde 2001 (+90kg), vainqueur de la coupe du monde 2002 (+90kg), peut-être champion du monde 2003, vainqueur de la coupe du monde 2004 (+90kg), champion du monde 2005 (+90kg) ... mais battu en finale des championnats du monde 2009 lors de son retour à la compétition.

En conclusion, malgré le grand nombre de champions chinois dans les petites catégories, les plus gros palmarès sont la propriété de deux Russes :
- Muslim Salikhov, dominateur des 80kg puis des 85kg de 2005 à 2009 (règne en cours) soit depuis 5 années;
- et Bozigit Atajev, issu des 80kg puis champion des poids lourds de 1999 à 2005 (inclus) soit pendant 7 années.
Il faut également citer :

- l'Etatsunien d'origine vietnamienne, Cung Le, 1m80, 84kg, qui est invaincu chez les professionnels tant en sanda/sanshou qu'en arts martiaux mixtes (MMA) mais qui, chez les amateurs, ne réussit à conquérir "que" trois médailles de bronze lors des championnats du monde de sanda/sanshou (probablement en 1995, 1997 et 1999).
http://en.wikipedia.org/wiki/Cung_Le

- Bao Li Gao (Chine, province de Mongolie Intérieure), 1m79, 78 à 86kg, célèbre pour avoir vaincu des adversaires issus d'autres styles que le sanda/sanshou, à savoir des champions de muay thaï (à Bangkok en 2003) et des karatékas du style dur kyokushinkaï (contre l'équipe nationale de Russie). Il évolue actuellement en arts martiaux mixtes (Art of War Fighting Championship) après avoir été "King of sanda" en 2002 et 2003 (tournoi professionnel inauguré en 2000).
http://en.wikipedia.org/wiki/Bao_Li_Gao

lundi 10 mai 2010

Alyndisis

Article rédigé pour Wikipédia

L'Alyndisiz était l'une des trois sortes de lutte qui existaient jadis en Grèce antique; avec l'Orthopale (lutte debout) et la Kulindisiz (lutte départ à genoux, pour les entraînements). Certains historiens ajoutent une quatrième sorte de lutte : la "lutte des doigts", Acrocheirismos, quand les lutteurs se saisissaient les mains en se tordant les doigts jusqu'à mettre à terre leur adversaire. Mais, pour la plupart des historiens, il s'agit simplement d'une phase de combat de la lutte orthopale. Le lutteur Léontiskos de Messène et le pancratiaste Sostratos de Sykion dit "Le briseur de doigts" étaient réputés dans l'Antiquité pour maîtriser cette technique.

L'Alyndisiz ou "lutte allongée" autorisait la poursuite de la lutte au sol (contrairement à la "lutte debout", l'orthopale) avec toute une gamme de techniques allant des clés articulaires aux étranglements. Elle n'était pas pratiquée en tant que telle aux Jeux Olympiques mais entrait dans l'entraînement propre au pancrace (discipline olympique dès 648 avant J.-C.).

Milon de Crotone s'illustra en remportant six fois l'épreuve d'orthopale à Olympie.

Le sanshou (ou sanda)

La Chine est non seulement le pays le plus peuplé du monde mais elle est en train de devenir la première puissance économique du monde. D'ores et déjà, elle a dépassé les Etats-Unis sur le plan sportif en coiffant toutes les grandes nations lors des derniers Jeux Olympiques organisés sur son sol.

C'est l'occasion de rappeler l'immense patrimoine martial de ce pays qui compte plus de 400 styles d'arts martiaux et de sports de combat traditionnels. Le plus ancien, la lutte shuai-jiao, aurait été développée dès le XXVIIème siècle avant JC d'après les légendes du mythique Empereur Jaune Huángdì ! Confucius cite cette forme de lutte au Vème siècle avant J.-C. soit près de mille année avant la création de la Boxe de Shaolin.

A l'image du sambo russe, fusion d'une vingtaine de luttes traditionnelles soviétiques, né dans les années 1920, les luttes traditionnelles chinoises combinées aux arts martiaux utilisant des techniques de percussion, ont été synthétisées dans un style unique dans les années 1960 : la sanshou. Etant donné la population chinoise et son développement sportif et économique, on peut aisément s'attendre à ce que le sanshou se répande dans le monde et devienne un des arts martiaux les plus pratiqués. Il rejoindra peut-être un jour le judo et le taekwondo aux Jeux Olympiques ...

En attendant, des championnats du monde sont organisés depuis 1991 et cette année 2009, la 10ème édition a eu lieu à Toronto au Canada. Par ailleurs, des rencontres professionnelles Chine-Thaïlande ont été organisées pour démontrer la valeur du sanshou. Enfin, quelques champions de sanshou se sont même illustrés en arts martiaux mixtes (MMA) : l'Etatsunien d'origine vietnamienne Cung Le et le Russe multiple champion du monde de sanshou Bazigit "Volk" Atajev.