samedi 31 décembre 2011

Les combats de poids lourds des 30 et 31 décembre 2011 en MMA


Il n'a fallu que deux minutes vingt-six secondes à Alistair Overeem (vainqueur du K1 Grand Prix 2010) pour saper la résistance de Brock Lesnar (ex-champion de l'UFC) à coups de genoux puis pour le coucher sur un coup de pied au corps et enfin pour obliger l'aribtre à arrêter le combat sur des frappes au sol. Sur cette défaite sans appel, Brock Lesnar a pris la décision de mettre un terme à sa carrière en MMA à l'âge de 34 ans tandis qu'à 31 ans, Alistair Overeem est devenu le challenger de Junior Dos Santos pour le titre suprême des poids lourds de l'UFC (après avoir conquis ceux du StrikeForce, du Dream et du K1 GP).


De l'autre côté de l'océan Pacifique, les Japonais, bien que privés de Pride Fighting Championship, continuent à s'enflammer pour les MMA. Le combat vedette du "Fight For Japan : Genki Desu Ka !" oppose l'ex-grand champion des MMA (de 2003 à 2010) Fedor Emelianenko (35 ans) au champion olympique 2008 (et champion du monde 2004) de judo Satoshi Ishii (25 ans). Ces deux hommes oscillent autour d'un gabarit de 1m80, 110kg, trop petit pour être un champion de boxe pieds-poings, trop léger pour être un champion de lutte-judo poids lourds sur une longue durée (dommage que Teddy Riner et Satoshi Ishii ne se soient jamais croisés en judo) mais apparemment idéal pour les MMA. Ce combat sera-t-il un passage de flambeau ?  
La réponse ne s'est pas faite attendre longtemps : non ! Fedor Emelianenko vainqueur par KO en deux minutes trente-quatre secondes (à peine plus long que le combat Overeem-Lesnar).
Vidéos :

samedi 17 décembre 2011

Incertitudes sur le palmarès d'un des plus grands champions de l'Antiquité

Dans l'article de Wikipédia "Glaucos de Carystos", les différentes sources (antiques, moyenâgeuses et contemporaines) indiquant le palmarès de Glaucos de Carystos sont citées (http://fr.wikipedia.org/wiki/Glaucos_de_Carystos). Cela permet de mesurer les écarts énormes que cela peut représenter dans l'estimation de la durée réelle de son règne.


Selon l'auteur grec Pausanias du IIème siècle après J.-C. : il fut une fois vainqueur olympique, 2 fois pythique, et aux isthmiques et néméennes 8 fois dans chacun de ces concours.

Selon les anecdota graeca (3 volumes, publiés par Immanuel Bekker en 1814-20) qui feraient preuve d'incohérence :
- 20 années d'olympiades (?), 3 victoires pythiques et 10 isthmiques (vol. I, p. 232.24-29),
- ou 3 victoires olympiques, 8 pythiques et isthmiques, et plusieurs néméennes (vol. I, p. 227.24-28).
Le chercheur italien Luigi Moretti (qui fait référence en la matière depuis sa thèse de 1957) ne retient pour sa part que "3 victoires pythiques et 10 isthmiques" qu'il oppose au palmarès énoncé par Pausanias.


Selon la Souda (une encyclopédie grecque de la fin du IXème siècle) : 25 olympiques (?), 3 pythiques et 10 isthmiques.

Enfin, Cléanthis Paleologos dans "A travers les légendes d’Olympie¹ VIII" (paru dans la revue olympique en 1974) http://www.la84foundation.org/OlympicInformationCenter/RevueOlympique/1974/orf78/orf78x.pdf  : "Après cette première victoire au pugilat pour enfants, il en remporta encore trois au pugilat pour hommes, huit aux Jeux Isthmiques, huit à Némée, deux aux Jeux Pythiques et d’innombrables dans les compétitions d’Athènes, de Thèbes, Rhodes et de bien d’autres villes."


On oscille donc entre :
- victoire olympique : 1 (d'après Pausanias et Moretti) et 4 victoires olympiques (selon Cléanthis Paléologos) voire 20 à 25 années de règne selon les Anecdota Graeca ou la Souda (ce qui correspondrait à 5 voire même 6 olympiades)
- victoires pythiques : 2 (selon Pausanias) ou 3 victoires pythiques (selon la page 232 des Anecdota Graeca) et même jusqu'à 8 (page 227 des mêmes Anecdota graeca) ce qui correspondrait à 32 années de règne étant donné la périodicité de cette compétition (tous les 4 ans) ... mais à mon sens, il s'agit d'une erreur de traduction et il fallait lire :  "3 victoires pythiques, 8 isthmiques et néméennes, et plusieurs autres".
- victoires isthmiques : 8 (selon Pausanias) ou 10 victoires isthmiques (selon les Anecdota Graeca); cette compétition ayant pour sa part lieu tous les deux ans

- victoires néméennes : 8  (selon Pausanias, les Anecdota graeca ne précisant pas); cette compétition ayant également lieu tous les deux ans.


Estimation de la durée du règne de Glaukos de Karystos.

Dans la Période (six compétitions antiques majeures sur un cycle de 4 années), on peut considérer :
- soit les victoires olympiques et pythiques, comptabilisées comme valant chacune 2 années de règne, 
- soit les victoires isthmiques et néméennes, comptabilisées comme valant chacune 1 année de règne. 


Minimum : 1 victoire olympique, 2 pythiques, 8 isthmiques et 8 néméennes (c'est la version la plus ancienne, celle de Pausanias). Glaukos aurait régné entre 6 et 16 ans, c'est à dire 11 +/-5 ans.


Maximum : 5 ou 6 olympiades (20 ou 25 années), 8 victoires pythiques, 10 isthmiques et 8 néméennes. Glaukos aurait régné entre 26 ou 28 ans et 18 ans, c'est-à-dire 22 +/- 4 ans et 23 +/-5 ans.
Cela dit, il n'est pas possible que Glaukos ait conquis 6 titres à Olympie en commençant en 520 avant J.-C. En effet, on connaît pas les vainqueurs précis des quatre olympiades suivantes (516, 512, 508 et 504) mais ensuite c'est Philon de Korkyra qui s'imposa (deux fois : en 500 et 496 avant J.-C.). Donc on retiendra 22 +/-4 ans.



Pour ma part, je retiens :
- 1 victoire olympique (celle de 520 avant J.-C.) citée par Pausanias, parce que les victoires olympiques étant les plus fameuses, elles devraient être précisément recensées ;

- 2 ou 3 pythiques, hésitant entre Pausanias et Cléanthis Paléologos, d'une part, et les Anecdota graeca et la Souda, d'autre part ;

- 8 ou 10 isthmiques, hésitant entre Pausanias et Cléanthis Paléologos, d'une part, et les Anecdota graeca et la Souda, d'autre part ;
- et 8 néméennes.
L'ensemble couvrant une période de 20 années pendant lesquelles Glaukos aurait remporté la plupart des compétitions panhelléniques mais pas toutes; à l'image de Mohamed Ali qui a dominé la boxe de 1960 (son sacre olympique) et 1979 (sa troisième conquête du titre poids lourds professionnel). "Un titre olympique et trois titres mondiaux", cela sonne ressemble d'ailleurs beaucoup à "un titre olympique et trois titres pythiques".



Conclusion : Glaukos aurait régné entre 8 ans (1 titre olympique et 3 pythiques) et 18 ans (10 titres isthmiques et 8 néméens), c'est à dire 13 +/-5 ans.

jeudi 20 octobre 2011

Champions de référence en lutte et boxe ... et après ?

Passés les deux ou trois premiers siècles après l'inscription des sports de combat aux Jeux Olympiques Antiques (lutte en 708 avant JC, pugilat en 688 avant JC et pancrace en 648 avant JC), tous les vainqueurs iconiques (c'est-à-dire les champions dont le règne s'est étendu sur douze années ou plus) se sont distingués en pancrace ou dans la combinaison "pancrace + un ou deux sports spécialisés".


Les règnes de référence (aux durées records), tant en lutte (26 +/-1 ans par Milon de Crotone) qu'en pugilat (16 +/-1 ans par Tisandros de Naxos en Sicile) ne seront plus battus ni même approchés durant le reste de l'Antiquité ou du Moyen-Âge.

Depuis la Révolution industrielle (au XVIIIème siècle), en passant par la renaissance des Jeux Olympiques Modernes (à la fin du XIXème siècle), de nouvelles références ont été inscrites pour la postérité :
- règne de 26 années en lutte, au Kirkpinar, par le Turc Gaddar Kel Aliço
- et règne de 14 années sur la boxe anglaise amateur par le Cubain Felix Savon-Fabre.
Ces deux durées records sont du même ordre de grandeur que celles établies dans l'Antiquité.
Si l'on en croit l'Histoire, on en restera probablement là.

Et ce sera donc vers l'équivalent moderne du pancrace, les "arts martiaux mixtes" (MMA en anglais), que les jeunes combattants s'orienteront en masse car tout, ou presque, reste à y accomplir !
En effet, pour l'instant, le plus long règne n'a duré que 7 années, par le Russe Fedor Emelianenko. C'est honorable bien sûr, mais une quinzaine de pancratiastes de l'Antiquité a fait mieux, voire nettement mieux. Deux champions ont même dominé le pancrace ou la combinaison "pancrace + pugilat" pendant une quinzaine d'années (soit le double de ce qui a été accompli par Fedor Emelianenko) : Théagènes de Thasos et Dorieos de Rhodes.

Alors, quels vont être les champions iconiques des temps modernes en MMA ?

mercredi 28 septembre 2011

STRENGTH FIGHTER: THE BEST FIGHTER OF ALL TIME

STRENGTH FIGHTER: THE BEST FIGHTER OF ALL TIME: The greatest martial arts and hand-to-hand combat champion in History The best fighter of all time is my resume of the superb work of Jér...

samedi 27 août 2011

Explication du déclin de Fedor Emelianenko

Selon moi, le déclin de Fedor Emelianenko repose sur le manque de compétition :
- au sens de très peu de combats par an
- mais aussi à l'écart qu'il y avait entre ses adversaires et lui.
Il dominait trop facilement tout le monde et, sans doute inconsciemment, il a négligé les bases, ce qui avait fait sa force.
Alors qu'il était le combattant le plus complet de la planète (judoka de niveau national/international pour les amener au sol, impossible à soumettre au sol, et puncheur des deux poings à l'image de ce que Mike Tyson représentait en boxe anglaise dans les années 1990), il a tout négligé pour se contenter des frappes des poings debout.
De cette façon, il a battu aisément les deux ex-champions de l'UFC (Andrei Arlovski et Tim Sylvia) mais n'a fait que presque réussir face à ses trois adversaires suivants. Eux s'étaient super bien préparés, notamment au sol. Fedor Emelainenko y était méconnaissable. Très moyen !
S'il veut revenir au plus haut niveau, il faut qu'il recommence à travailler sa lutte debout et sa défense au sol car aujourd'hui, il n'est plus du tout complet. Il ressemble à peine à un boxeur comme James Toney qui s'était fait ridiculiser par Randy Couture en une ou deux minutes.

mercredi 3 août 2011

Les MMA se cherchent un champion incontestable

Les arts martiaux mixtes se cherchent un champion incontestable depuis la chute du ''Tsar'' Fedor Emelianenko qui a regne sans partage de 2003 a 2010 sur les MMA.

En mars 2007, apres dix annees de domination, l'organisation Pride FC est rachetee par la societe Zuffa qui possede deja l'UFC. Au lieu de fusionner les deux organisations, Zuffa dissout en octobre de la meme annee le concurrent japonais de l'UFC americain.

Le grand champion Fedor Emelianenko, surnomme ''le dernier Tsar de Russie'', qui refuse de signer un contrat d'exclusivite avec l'UFC, se retrouve comme un roi sans couronne, combattant desormais dans des evenements de moindre importance ou seul son nom attire des spectateurs.

Parallelement, en mars 2007 egalement, l'UFC couronne le veteran Randy Couture qui obtient, a 43 ans, une cinquieme ceinture de champion face au geant (2m03) Tim Sylvia. Un an et demi plus tard, apres une seule defense de son titre, Randy Couture s'incline face a un autre colosse (1m91, 120kg) issu du catch qui ne compte pourtant que 3 combats (2 victoires -1 defaite) a son palmares en MMA : Brock Lesnar. Apres deux defenses et moins de 2 ans de regne, Brock Lesnar s'incline a son tour face a un autre lutteur, invaincu en 8 combats de MMA : Cain Velasquez.

Meme si l'UFC accumule des records d'audimat, Fedor Emelianenko demeure le veritable champion dans le coeur des fans de MMA. Entre 2007 et 2011, il combattra successivement pour BodogFight, Yarennoka!, Affliction (2 fois, battant au passage 2 ex-champions de l'UFC : Tim Sylvia et Andrei Arlovski) et enfin Strikeforce (4 fois). Mais en juin 2010, apres une seule victoire pour ses debuts au StrikeForce, Fedor est battu par Fabricio Werdum (champion du monde de jiu-jitsu bresilien et de grappling), puis Antonio Silva et Dan Henderson en 2011 !

C'est donc Fabricio Werdum qui endosse le statut de ''champion lineaire'' sans qu'aucune ceinture ne vienne valider ce titre. Un an plus tard, Fabricio Werdum affronte Alistair Overeem (champion du K1 Grand Prix) pour le titre poids lourd du StrikeForce mais est vaincu aux points. Ce combat a lieu dans le cadre du StrikeForce Grand Prix, en quart de finale.
Mais alors qu'on attendait avec impatience les demi-finales de ce tournoi aux allures de Pride Grand Prix (Alistair Overeem vs Antonio Silva et Serguei Kharitonov vs Josh Barnett), le nouveau champion lineaire annonce fin juillet 2011 qu'il ne participera pas en septembre 2011 ... et se retrouve destitue de son titre StrikeForce !

Ainsi, d'un cote, nous avons :
- un lutteur invaincu (mais ne comptant que 9 combats a son palmares commence en 2006) legitime par l'UFC : Cain Velasquez; au physique proche de celui de Fedor Emelianenko (1m86, 111kg),
- et de l'autre un combattant polyvalent, meilleur kick-boxeur du monde, tres experimente (47 combats de MMA et 14 de kick-boxing) mais ne possedant plus de ceinture majeure en MMA (desormais seulement celle du Dream, l'organisation tout de meme heritiere du Pride FC) : Alistair Overeem (1m96, 117kg ... apres avoir longtemps evolue a 93kg; une transformation fulgurante survenue en 2007 alors que sa carriere avait commence en 1999).

lundi 1 août 2011

Dan Henderson vs Fedor Emelianenko ... ou le declin d'un grand champion

Apres deux defaites consecutives (la perte de son statut de champion des poids lourds en 2010 contre Fabricio Werdum puis une elimination precoce en 2011 dans le StrikeForce Grand Prix contre Antonio Silva), Fedor Emelianenko a accepte le defi du champion des 93kg de la meme organisation StrikeForce : Dan Henderson.

C'etait pourtant un combat ou Fedor avait tout a perdre : en cas de victoire, on aurait dit que Dan Henderson n'etait pas un poids lourd, et en cas de defaite face a un adversaire de 40 ans, Fedor n'aurait qu'a se retirer ... par la petite porte.

Deux legendes des MMA, tous deux dotes d'une redoutable puissance dans les poings, Fedor et ''Hendo'' n'ont jamais ete mis KO. Fedor Emelianenko se presente a 102kg, son poids le plus leger depuis qu'il combat professionnellement ...

Voici la video de leur combat :

http://www.mma-core.com/videos/_Dan_Henderson_vs_Fedor_Emelianenko_Strikeforce_?vid=10021415&tid=100

jeudi 30 juin 2011

Les meilleurs ratio victoires/combat en sumo

Les 5 meilleurs ratios victoires/combats de l'histoire du sumo sont détenus par d'anciens champions :

1 Raiden Tameemon : 254 victoires –10 défaites : période 1790–1811 : 96.2%
2 Umegatani Tōtarō I : 116 victoires –6 défaites : période 1874–1885 : 95.1%
3 Tanikaze Kajinosuke : 258 victoires –14 défaites : période 1769–1794 : 94.9%
4 Jinmaku Kyūgorō : 87 victoires –5 défaites : 1858–1867 : 94.6%
5 Onogawa Kisaburō : 144 victoires –13 défaites : période 1781–1797 : 91.7%

A noter que trois d'entre eux furent des contemporains :
- Raiden (ozeki exceptionnel), 1m97, 169kg, vainqueur de 28 basho, élève de Tanikaze;
- Tanikaze (4ème yokozuna), 1m89, 162kg, vainqueur de 21 basho, dont le grand rival fut Onogawa;
- Onogawa (5ème yokozuna), 1m76, 116kg, vainqueur de 7 basho.
Les deux autres furent :
- Umegatani Totaro (15ème yokozuna), 1m76, 105kg, qui remporta 9 bashos dans sa carrière.
- et Jinmaku Kyugoro (12ème yokozuna), 1m74, 138kg, qui remporta 5 bashos dans sa carrière. Il se rendit célèbre en érigeant le monument dédié aux yokozuna du sumo. Il est aussi le seul yokozuna à n'avoir jamais perdu un combat après avoir atteint ce rang.

Les trois meilleurs modernes sont :
1 Taihō Kōki : 746 victoires -144 défaites : période 1960-1971 : 83.8%
2 Hakuho Sho : 508 victoires - 101 défaites (en makuuchi = 1ère division) : période : 83.4%
3 Futabayama Sadaji : 276 victoires -68 défaites : période 1932-1945 : 80.2%

Taiho remporta le record de 32 basho à cheval sur 12 années (1960-1971).
Hakuho est pour sa part dans la 8ème année de sa carrière en 1ère division. Il n'a pas conquis de titre les deux premières années mais depuis 4 ans, il remporte en moyenne 4 basho par an sur les 6 possibles. A ce rythme exceptionnel, il peut encore en remporter deux cette année (sur les 3 restants) et 16 supplémentaires s'il garde son niveau actuel durant les 4 prochaines années.
Total théorique : 19 + 2 + 16 = 37. Le record de Taiho est donc menacé ! Mais Hakuho pourra-t-il vraiment tenir ce rythme 4 années de plus ?

Quoiqu'il en soit, même si Hakuho s'impose comme le meilleur moderne, devant Taiho (32 basho), Chiyanofuji (31) et son compatriote Asashoryu (25), il ne dépassera sans doute pas le règne de Raiden qui a conquis 28 basho à une époque où il n'y en avait que 2 par an (contre 6 de nos jours) sur une carrière longue de 21 années (1790-1810); carrière durant laquelle Raiden conquit son premier titre dès son accès à la 1ère division puis 9 consécutifs jusqu'à sa retraite (de 1806 à 1810).
Ou alors, il faudrait que Hakuho continue sa carrière (avec le succès actuel) non pas jusqu'en 2015 mais jusqu'en 2024 ! Il aurait alors 39 ans. Raiden a continué pour sa part jusqu'à 43 ans.

Une carrière très intéressante à suivre en tout cas !

Hakuho au plus haut

Le 69ème yokozuna de l'histoire du sumo, Hakuho, de son vrai nom Mönkhbatyn Davaajargal, se rapproche des meilleurs. Il vient de remporter un 19ème tournoi de l'empereur, basho, en égalant plusieurs records :
- 8ème tournoi consécutif sans avoir perdu le titre (égalant Futabayama et Taiho)
- 86 combats remportés en une seule saison (sur 90 possibles)
- 63 victoires consécutives (égalant Tanikaze, 4ème yokozuna de l'histoire, mais toujours devancé par le record de Futabayama : 69 victoires consécutives).

Lors du prochain tournoi de juillet 2011, Hakuho entrera peut-être dans le cercle très restreint des vainqueurs de 20 tournois /bashos.

Ils ne sont que 5 à y être parvenus dans l'ère moderne et 2 avant le XXème siècle :

Modernes :
- Taiho : 32
- Chiyonofuji : 31
- Asashoryu : 25
- Kitanoumi : 24
- Takanohana : 22
Anciens :
- Raiden 28
- Tanikaze 21

Résultats des quarts de finale du Strike Force Grand Prix

Le 18 juin 2011, Alistair Overeem a non seulement confirmé son titre des poids lourds du Strike Force en battant aux points Fabricio Werdum mais il est aussi devenu le champion légitime dans la lignée de "l'homme qui a battu l'homme" puisque ce même Fabricio Werdum était celui qui avait mis fin au règne de Fedor Emelianenko le 26 juin 2010.

Craignant la science du sol du Brésilien Werdum, double champion du monde de jui-jitsu brésilien et double champion du monde de grappling ADCC, le Néerlandais Overeem s'est contenté de marquer des points avec ses ... poings jusqu'à la décision finale.

Il est désormais qualifié pour les demi-finales du StrikeForce Grand Prix aux côtés de :
- Antonio Silva qualifié lui aussi suite à une victoire sur Fedor, le 2 février 2011,
- Serguei Kharitonov, vainqueur ce même 2 février d'Arlovski par KO,
- et Josh Barnett, vainqueur de Brett Rogers le 18 juin, sur étranglement en triangle avec les bras.

Les demi-finales seront les suivantes :
- Alistair Overeem (Pays-Bas) vs Antonio "Bigfoot" Silva (Brésil)
- Josh Barnett (Etats-Unis) vs Serguei Kharitonov (Russie)

lundi 14 février 2011

Strikeforce Grand Prix

Pour concurrencer l'UFC qui domine le monde des "arts martiaux mixtes" depuis que ses propriétaires ont acheté son principal rival, le Pride FC, la société Strikeforce a trouvé la solution : proposer un Grand Prix, un tournoi à huit hommes, comme au bon vieux temps du Pride Grand Prix ou même des tournois de l'UFC !

Ce 12 février 2011, deux des quarts de finale nous étaient proposés, en 3 reprises de 5 minutes :

- Antonio "Big foot" Silva (Brésil) a causé la sensation en obligeant le médecin à stopper le combat à l'entame de la 3ème reprise face à ... Fedor Emelianenko (Russie). L'ex-champion du monde des MMA de 2003 à 2010 ne pouvait plus continuer à cause de son oeil droit complètement fermé. Sagement, le Russe, qui a jadis brillé autant par son talent que par son humilité, a décidé de mettre ici un terme à sa carrière.

- Serguei Kharitonov (Russie) a mis lourdement KO Andrei Arlovski (Bélarus puis Etats-Unis) en moins de 3 minutes, sur sa première accélération. Arlovski devrait lui aussi songer à une fin de carrière après avoir encaissé sa 4ème défaite consécutive (dont 3 par KO).

Mais le meilleur reste peut-être à venir :

- Josh Barnett (Etats-Unis) sera prochainement opposé à Brett Rogers (Etats-Unis). Le premier est très expérimenté (29 victoires - 5 défaites) tandis que le second (11 victoires - 2 défaites) a buté par deux fois sur les meilleurs (Fedor Emelianenko puis Alistair Overeem). C'est donc Barnett qui sera favori d'autant plus qu'il n'a plus perdu depuis 2006.

- Alistair Overeem (Pays-Bas), le champion en titre, affrontera celui qui a été le premier à faire chuter Fedor Emelianenko : Fabricio Werdum (Brésil). Cela aurait pu être une finale mais les organisateurs ont décidé que le Brésilien avait gagné sa chance pour le titre en battant Fedor. En 2006, Werdum avait battu Overeem sur clé de bras dans la 2ème reprise, au Pride, mais à l'époque Overeem pesait 93kg contre 115kg (de muscles) aujourd'hui.

samedi 22 janvier 2011

La 4ème édition du "Meilleur combattant de tous les temps" est enfin disponible !

La quatrième édition du livre "LE MEILLEUR COMBATTANT DE TOUS LES TEMPS" est enfin disponible !

Depuis l'année 2007 et la diffusion de la première version sur le blog du même nom, le nombre de pages est passé d'un peu plus de 200 pages à exactement 280 pages. Toutes les compétitions sportives internationales les plus prestigieuses y ont été étudiées, de l'époque des Sumériens et des Egyptiens jusqu'aux Jeux de Combat SportAccord de 2010, en passant par les Jeux Olympiques Antiques et Modernes, et bien d'autres encore.

C'est l'ouvrage le plus abouti sur le sujet, incontestablement, qui s'appuie tout autant sur l'actualité (des "arts martiaux mixtes" et des sports de combat les plus largement diffusés dans le monde) que sur des thèses universitaires telles que celles de David Chibo, sur l'Orient ancien, ou de Luigi Moretti, sur les inscriptions latines et grecques.

20% de son contenu est consultable grâce à l'application Google Livre, et on peut l'acheter chez l'éditeur Lulu.com simplement en cliquant sur l'icône ci-dessous :
- soit en couverture rigide (il faut penser à ajouter les frais de port)
- soit en téléchargement.

Support independent publishing: Buy this book on Lulu.

Bonne lecture aux passionnés d'histoire et de sports de combat !

mercredi 19 janvier 2011

Les meilleurs parmi les meilleurs aux Sportaccord Combat Games 2010

La première édition des SportAccord World Combat Games (Jeux de Combat SportAccord), une compétition mondiale multisport dédiée aux arts martiaux et aux sports de combat, a eu lieu du 28 août au 5 septembre 2010 à Beijing, en Chine. Plus de 1000 athlètes des cinq continents ont participé et 118 médailles d'or ont été distribuées.

Deux nations se sont particulièrement distinguées, loin devant toutes les autres :
- la Russie (1ère)
- et la Chine, le pays organisateur (2ème).

Pourtant, on aurait pu s'attendre à voir d'autres pays s'illustrer en tant qu'inventeurs des 13 sports au programme de ces Jeux :

- le Japon grâce à l'aïkido, au judo, au ju-jitsu, au karaté, au kendo, au kick-boxing ("low kick") et au sumo;
- la Grande-Bretagne grâce à la boxe anglaise;
- les Etats-Unis grâce au kick-boxing ("semi-contact" et "full contact") et au "grappling" (un des deux styles de lutte représentés);
- la Thaïlande grâce au muay thaï;
- la Russie grâce au sambo;
- la Corée grâce au taekwondo;
- la Grèce grâce au "pankration" (un des deux styles de lutte représentés);
- et la Chine grâce au wushu.

Le Japon se classe 6ème, la Thaïlande 7ème, la Corée du Sud 18ème, la Grande-Bretagne 26ème, les Etats-Unis 40ème et la Grèce 41ème.

Ont réussi à se hisser dans les 8 meilleures nations sans avoir leur propre sport traditionnel au programme :
- l'Ukraine (3ème) ;
- la France (4ème), qui pourrait faire encore mieux lors de la prochaine édition puisque la boxe française savate, seulement en démonstration en 2010, sera au programme des prochains Jeux en 2013 ;
- l'Italie (5ème);
- et l'Espagne (8ème).

La Russie s'impose comme meilleure nation combattante avec 18 médailles d'or et un total de 39 médailles (1ère nation pour les compétiteurs masculins).
La Chine, juste derrière, obtient 15 médailles d'or sur un total de 31 médailles (1ère nation pour les compétitrices féminines).

Voici les vainqueurs en individuel de ces deux pays:

RUSSIE

KORZHAVIKH Pavel : Ju-Jitsu 62 kg Men
NEBOLSIN Dmitry : Ju-Jitsu 85 kg Men
MAGAMEDBEKOV Yusup : Kickboxing Fullcontact 75 kg Men
LUKASHOV Denis : Kickboxing Lowkick 63,5 kg Men
ABDULMEDJIDOV Shamil : Kickboxing Lowkick 67 kg Men
GUBAR Evgeny : Kickboxing Lowkick 81 kg Men
BOKOVA Fatima : Kickboxing Lowkick 60 kg Women
LEVIN Artem : Muaythai 75 kg Men
OMOKTUEV Bair : Sambo 74 kg Men
ALIEVA Marianna : Sambo 56 kg Women
ONOPRIENKO Ekaterina : Sambo 64 kg Women
MONGUSH Nachyn : Sumo Lightweight Men
KARAEV Alan : Sumo Heavyweight Men
KARAEV Alan : Sumo Open Division Men
ZHIGALOVA Anna : Sumo Heavyweight Women
KORESHKOV Andrey : Wrestling Pankration 80 kg Men
MAGOMEDOV Mayindur : Wrestling Pankration 90 kg Men
IVSHINA Tatiana : Wushu Nanquan & Nandao all-around Women

La Russie possède le seul compétiteur de ces Jeux à obtenir deux médailles d'or : le colossal Alan Karaev (1m98, 175kg). A noter également que les Russes excellent dans les sports mixtes (au sens : techniques de préhension + de percussions), à savoir : le ju-jitsu, le sambo combat et le pankration; sans oublier les 5 médailles d'or en kick-boxing.

CHINE

ZOU Shiming : Boxing 46-49 kg Men
ZHANG Jiawei : Boxing 56 kg Men
ZHANG Jianting : Boxing 75 kg Men
MENG Fanlong : Boxing 81 kg Men
ZHANG Zhilei : Boxing 91 kg+ Men
QIN Qian : Judo Open Category Women
SUN Yanan : Wrestling 48kg Women
QIN Xiaoqing : Wrestling 72kg Women
LV Yong Xu : Wushu Daoshu & Gunshu all-around Men
HUANG Ying Qi : Wushu Taijiquan & Taijijian all-around Men
LI Hai Ming : Wushu 56 kg Men
XU Jia Heng : Wushu 85 kg Men
MA Nan : Wushu Changquan Women
E Mei Die : Wushu 52 kg Women
WANG Gui Xian : Wushu 60 kg Women

Cinq médailles d'or en boxe anglaise (le sport olympique traditionnellement dominé par les Etats-Unis puis Cuba) et sept en wushu (sport national) ! Grâce à ces deux seuls sports, la Chine se hisse à la deuxième place du classement général par nations.

lundi 17 janvier 2011

Le premier champion polyvalent de l'ère moderne ?

Satoshi Ishii, champion olympique de judo dans la catégorie reine des + de 100kg en 2008, est passé dans les "arts martiaux mixtes" juste après son sacre. Devancera-t-il Alistair Overeem, champion du K1 Grand Prix 2010, dans la course au statut de premier champion polyvalent de l'ère moderne ?
Etre champion polyvalent c'est avoir conquis le titre suprême dans les sports de préhension olympiques (judo ou lutte) ou les sports de percussion olympiques (boxe ou taekwondo), voire le K1 Grand Prix, et être également devenu le meilleur mondial en "arts martiaux mixtes".



http://www.youtube.com/watch?v=GiuzevwTr0g

dimanche 16 janvier 2011

Les Jeux de Gilgamesh


Premier héros de l'Histoire, Gilgamesh le roi surhumain d'Ourouk, au pays de Sumer, servit de modèle à l'Héraklès grec puis à l'Hercule romain.
En son honneur, les Mésopotamiens instaurèrent des Jeux athlétiques incluant la lutte et diverses épreuves de force qui se déroulaient 9 jours durant.

http://www.gilgameshgames.org/ggamesthesis.html